Le patron de BMW a eu une heure pour partir

SuisseKurt Egloff, à la tête depuis 2 ans de la marque en Suisse, a été démis mystérieusement de ses fonctions malgré des résultats records.

Kurt Egloff lors d'une conférence de presse en octobre 2016.

Kurt Egloff lors d'une conférence de presse en octobre 2016. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Que se passe-t-il à la tête de BMW Suisse? En effet, le patron depuis 2 ans de la marque automobile dans notre pays, Kurt Egloff, 57 ans, a été démis de ses fonctions avec effet immédiat dans la semaine du 9 avril dernier. Il a eu une heure pour ranger son bureau au siège de Dielsdorf (ZH) et emporter ses affaires, raconte le Blick ce vendredi.

Le journal explique que ce jour-là, une délégation tout droit venue du siège de Munich en Allemagne est arrivée à son bureau pour lui signifier son congé. Kurt Egloff a ensuite rendu son badge et s'en est allé. Par la petite porte.

Un licenciement surprenant. Car Kurt Egloff a connu deux années de succès en Suisse, avec pour la première fois plus de 30'000 véhicules vendus et un chiffre d'affaires record l'an dernier. Et comme le rappelle le Tages-Anzeiger, on avait encore pu le voir avec le conseiller fédéral Guy Parmelin et le patron des CFF Andreas Meyer en mars au dernier Salon de l'auto à Genève, discutant au stand BMW de mobilité durable.

Silence du côté de BMW

Selon le Tagi, la raison de ce licenciement serait que Kurt Egloff n'a pas respecté les directives internes, soit les règles internes de conformité et/ou le code de l'entreprise. En clair: il aurait fait quelque chose de moralement non conforme, voire d'illégal, écrit le journal. Mais de quoi s'agit-il au juste? Pour l'instant, nul ne le sait et BMW s'est contenté de confirmer que l'ancien directeur ne travaillait plus pour le groupe.

Le Blick a essayé de joindre Kurt Egloff lui-même mais celui-ci n'a jamais répondu. Une seule chose est claire, affirme de son côté le Tages-Anzeiger: ce licenciement n'aurait rien à voir avec le Dieselgate qui a touché BMW il y a quelques semaines. Quant au ministère public zurichois, interrogé lui aussi, il n'a pas enregistré d'affaire Egloff jusqu'ici.

En revanche, Kurt Egloff est également vice-président de l'Association suisse de l'automobile depuis l'automne dernier. Le président François Launaz s'est contenté d'indiquer au téléphone qu'il en était le vice-président et que rien n'avait changé de son côté. (nxp)

Créé: 04.05.2018, 15h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 août.
(Image: Bénédicte? ) Plus...