Passer au contenu principal

Moteurs truquésLe diesel européen désormais en cause

Les constructeurs automobiles se préparent à un durcissement en Europe des normes antipollution après le scandale Volkswagen.

Une VW Passat Diesel se fait contrôler le moteur en Allemagne.
Une VW Passat Diesel se fait contrôler le moteur en Allemagne.
Keystone

Dans le sillage du scandale des moteurs truqués de Volkswagen, les constructeurs automobiles se préparent à un durcissement en Europe des normes antipollution pour les voitures diesel, dont cette technique pourrait pâtir.

Le «dieselgate», tricherie du géant Volkwagen pour faire passer ses voitures diesel pour moins polluantes qu'elles ne le sont, «ne nous a pas facilité la vie, loin de là, notre réputation à tous en tant qu'industrie a souffert», a regretté Sergio Marchionne, patron de Fiat Chrysler Automobiles (FCA), sur le salon de Genève mardi.

Le diesel, très présent en Europe où le gazole est moins taxé que l'essence dans de nombreux pays, est dans la bouche de tous les grands du secteur réunis lors de cette grand-messe de l'automobile, qui a ouvert ses portes au public jeudi et jusqu'au 13 mars.

Pas encore de défiance en Europe

Alors que les ventes de voitures diesélisées se sont effondrées aux Etats-Unis, pays où cette technologie n'a jamais réussi à percer, après la révélation de la tricherie de Volkswagen, la défiance ne semble pas avoir atteint le Vieux Continent.

«Nous n'avons observé absolument aucun effet» sur nos ventes, affirme Dieter Zetsche, patron de Mercedes-Benz (Daimler). «Le thème des émissions polluantes ne semble pas être décisif pour l'achat d'une voiture. Ce qui compte, c'est plutôt que le diesel est bon marché», décrypte Stefan Bratzel, spécialiste automobile allemand.

Combler les failles

Le sort du diesel n'en préoccupe pas moins les constructeurs. Ils fourbissent leurs armes dans la perspective de nouvelles normes antipollution, apparues pour combler les failles dans la réglementation européenne mises au jour par l'affaire Volkswagen.

Les constructeurs devront ainsi se soumettre à partir de septembre 2017 à des tests de leurs véhicules en conditions réelles, mais bénéficieront encore d'une marge de tolérance pour les émissions d'oxyde d'azote (NOx) de 110% pour les nouveaux modèles mis en circulation. A partir de 2020, le seuil de 80 mg/km de NOx devra être respecté, avec une marge d'erreur plus faible.

En l'absence de limites contraignantes, les véhicules actuellement en circulation émettent cinq à six fois plus de gaz polluants en conditions réelles de conduite que le seuil maximal appliqué en laboratoire, d'après des chiffres donnés par la Commission européenne.

Pour faire face à ces nouvelles normes, les constructeurs vont devoir investir massivement dans des systèmes de dépollution plus performants.

Le coût supplémentaire par véhicule devrait atteindre «entre 500 et 1000 euros (jusqu'à 1100 francs), c'est considérable», souligne M. Bratzel. Ferdinand Dudenhöffer, un autre expert allemand, évoque «plusieurs milliards d'euros pour l'industrie».

Harald Krüger, le patron du champion allemand du premium BMW, table sur «des centaines de millions d'euros» pour son groupe.

Marges sous pression

Cela va peser sur les marges et sera particulièrement ressenti par les marques généralistes. Les constructeurs ne pourront pas pour autant renoncer au diesel dans l'immédiat.

Ils comptent en effet sur cette technologie pour parvenir aux objectifs européens de réduction des émissions de CO2 des voitures neuves d'ici 2020. Les fabricants allemands de grosses berlines se reposent notamment largement sur le diesel pour compenser les émissions importantes de dioxyde de carbone de leurs modèles essence.

Pour certains équipementiers, comme Plastic Omnium, cette évolution est une aubaine. L'entreprise française assiste à «une recrudescence des demandes des constructeurs pour équiper le plus vite possible leurs véhicules en systèmes SCR», beaucoup plus efficaces que les «pièges à NOx» encore très utilisés, selon son codirecteur général, Jean-Michel Szczerba.

Avance

Certains constructeurs ont pris de l'avance, comme le français PSA ou encore l'allemand Daimler, qui a investi 2,6 milliards d'euros dans une nouvelle génération de moteurs répondant aux normes annoncées.

Pour les modèles plus petits et aux marges financières plus minces une raréfaction du diesel est déjà à l'oeuvre. «La baisse de la part du diesel dans notre mix de ventes était déjà engagée. L'affaire Volkswagen n'a fait qu'accélérer une tendance qui était déjà importante», explique à l'AFP Lionel French Keogh, patron pour la France du sud-coréen Hyundai.

Le suédois Volvo Cars entrevoit déjà le remplacement progressif des voitures diesel par des hybrides rechargeables, tandis que BMW se demande si d'ici 10 ou 30 ans la voiture électrique ne deviendra pas plus abordable pour les clients qu'un véhicule diesel.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.