Ghosn dénonce un «complot et une trahison»

JaponL'ancien patron de Renault a accusé des dirigeants de Nissan opposés à son projet d'intégration entre Renault et ses alliés japonais.

Carlos Ghosn a réservé sa première interview depuis sa prison au quotidien économique japonais <i>Nikkei </i>

Carlos Ghosn a réservé sa première interview depuis sa prison au quotidien économique japonais Nikkei Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Carlos Ghosn, incarcéré au Japon pour des malversations financières présumées, s'est dit victime «d'un complot et d'une trahison» de la part de dirigeants de Nissan, opposés selon lui à son projet d'intégration entre Renault et ses alliés japonais.

Il s'exprimait dans la toute première interview accordée dans la prison de Tokyo où il est détenu depuis son arrestation le 19 novembre, parue mercredi dans le quotidien économique japonais Nikkei.

Nissan sur le banc des accusés

«Le projet d'intégrer» Renault, Nissan et Mitsubishi Motors avait été abordé avec le patron de Nissan, Hiroto Saikawa, en septembre 2018, a affirmé le dirigeant de 64 ans, disant n'avoir «aucun doute» sur le fait que les accusations portées à son encontre, qu'il a de nouveau rejetées, sont le résultat d'un «complot et d'une trahison».

Nissan a aussitôt réagi en rappelant que M. Saikawa avait «déjà catégoriquement réfuté la notion de coup d'Etat ». L'enquête menée dans le secret par le groupe depuis l'été 2018 a «mis au jour des preuves significatives et convaincantes de malversations», a ajouté le constructeur japonais dans une déclaration transmise à l'AFP.

Dans son entretien, le magnat de l'automobile a par ailleurs balayé les accusations décrivant son règne de 19 ans comme «une dictature». «Les gens ont traduit leadership fort par dictateur, déformant la réalité pour se débarrasser de moi», a-t-il déclaré. Carlos Ghosn fait l'objet de trois inculpations pour abus de confiance et minoration de revenus aux autorités boursières sur la période 2010 à 2018.

Toujours en prison

Lors de son unique comparution devant un tribunal le 8 janvier, il s'est dit accusé à tort. Ses avocats ont déposé plusieurs demandes de libération sous caution, mais la justice les a rejetées, mettant en avant un risque de dissimulation ou destruction de preuves et de fuite.

L'ancien homme fort de Renault a été révoqué fin novembre de la présidence des conseils d'administration de Nissan et Mitsubishi Motors. Il a par ailleurs démissionné la semaine dernière du groupe français Renault.

(afp/nxp)

Créé: 30.01.2019, 10h03

Articles en relation

Renault: Carlos Ghosn a démissionné

France Le président de Renault a présenté sa démission le jour où le conseil d'administration du constructeur automobile doit trancher sur son remplacement. Plus...

Thierry Bolloré va piloter Renault au jour le jour

Renault Après la démission de Carlos Ghosn du conseil administration du constructeur automobile, c'est son dauphin qui lui succédera, un breton de 55 ans. Plus...

La justice maintient Ghosn en détention

Japon La demande de libération de Carlos Ghosn a à nouveau été rejetée mardi par la justice japonaise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...