Nissan renonce à certains gonfleurs d'airbag

Scandale TakataAprès Toyota, le japonais Nissan bannit les gonfleurs d'airbag de Takata, à l'origine du scandale.

A l'avenir, le groupe Nissan n'utilisera plus de gonfleurs contenant du nitrate d'ammonium, soupçonnés d'être à l'origine de dysfonctionnements  mortels d'airbags. (Image d'archive - 9 novembre 2011)

A l'avenir, le groupe Nissan n'utilisera plus de gonfleurs contenant du nitrate d'ammonium, soupçonnés d'être à l'origine de dysfonctionnements mortels d'airbags. (Image d'archive - 9 novembre 2011) Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le constructeur d'automobiles japonais Nissan a annoncé samedi qu'il n'utiliserait plus certains gonfleurs d'airbags de son compatriote Takata, aux prises avec un scandale qui menace son avenir. «Nous avons décidé de ne plus utiliser de gonfleurs contenant du nitrate d'ammonium pour nos futurs modèles», a déclaré le groupe dans un communiqué, soulignant que sa «priorité numéro un était la sécurité de ses clients».

Le PDG de Toyota avait fait vendredi des déclarations similaires.

Le nitrate d'ammonium est soupçonné d'être un des facteurs à l'origine des explosions d'airbags et Takata s'est engagé à ne plus utiliser ce gaz d'ici à la fin 2018.

«Surpris et déçu»

Nissan s'était dit mercredi «surpris et déçu par les révélations des autorités américaines sur la conduite de Takata», accusé d'avoir dissimulé les défauts de ses gonfleurs d'airbags dont certains explosent même en cas de collision mineure, projetant alors des fragments de métal et de plastique.

Ce problème est à l'origine de huit décès dans le monde, dont sept aux Etats-Unis, et de quelque 50 millions de rappels de véhicules.

Puni d'une lourde amende aux Etats-Unis, Takata, spécialiste des ceintures et coussins de sécurité, a été lâché par ses principaux clients, au premier rang desquels Honda qui lui a reproché d'avoir «manipulé des données». Mazda, Mitsubishi Motors et Subaru (Fuji Heavy) envisagent de faire de même.

A la Bourse de Tokyo, l'action Takata a perdu près de 40% en trois séances cette semaine, les investisseurs s'interrogeant sur l'avenir de cette entreprise octogénaire qui emploie quelque 49'000 salariés à travers le monde.

(afp/nxp)

Créé: 07.11.2015, 03h54

Articles en relation

Honda bannit les airbags Takata après des manipulations

Automobile Le constructeur automobile est le premier client de Takata mais a été très fragilisé par le scandale des airbags qui l'a contraint à rappeler à lui seul 24,5 millions de voitures. Plus...

Amende record de 200 millions de dollars contre Takata

Airbags défectueux A l'origine d'au moins huit morts et de plus d'une centaine de blessés, le groupe accepte par ailleurs d'accélérer la réparation des airbags défectueux. Plus...

Airbags défectueux: rappel de 1,66 million de véhicules Mazda

Industrie automobile A cause des airbags viciés de son compatriote Takata, le constructeur japonais a annoncé le rappel de 1,66 million de véhicules dans le monde. Plus...

Takata va changer certains gonfleurs d'airbags

Automobile L'équipementier automobile japonais doit faire face à un scandale qui a provoqué la mort de plusieurs personnes et rappelé des dizaines de millions de véhicules. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.