Passer au contenu principal

Elle se fait rembourser son diesel Volkswagen

Le tribunal de commerce de Vienne a ordonné que le concessionnaire reprenne le véhicule en versant à la cliente un prix supérieur au prix d'achat.

Les résultats 2019 du groupe Daimler ont été plombés par le scandale du Dieselgate. (Mardi 11 février 2020)
Les résultats 2019 du groupe Daimler ont été plombés par le scandale du Dieselgate. (Mardi 11 février 2020)
Keystone
Le gouvernement canadien a accusé lundi Volkswagen d'avoir sciemment importé au Canada des voitures qui ne respectaient pas les normes sur les émissions polluantes. (9 décembre 2019)
Le gouvernement canadien a accusé lundi Volkswagen d'avoir sciemment importé au Canada des voitures qui ne respectaient pas les normes sur les émissions polluantes. (9 décembre 2019)
AFP
Une plainte collective a été déposée jeudi pour les clients suisses lésés par la tromperie des moteurs truqués de Volkswagen. La Fondation alémanique des consommateurs (SKS) intente cette action inédite contre le groupe allemand et Amag, l'importateur de VW en Suisse. (Jeudi 7 septembre)
Une plainte collective a été déposée jeudi pour les clients suisses lésés par la tromperie des moteurs truqués de Volkswagen. La Fondation alémanique des consommateurs (SKS) intente cette action inédite contre le groupe allemand et Amag, l'importateur de VW en Suisse. (Jeudi 7 septembre)
Keystone
1 / 39

Un tribunal autrichien a ordonné à un concessionnaire de rembourser intégralement à une cliente le véhicule Volkswagen qu'elle lui avait acheté, en raison de la présence d'un logiciel truquant les niveaux d'émissions de gaz polluants, a annoncé jeudi l'avocat de la cliente.

Le tribunal de commerce de Vienne a estimé que «si la plaignante avait su qu'un logiciel visant à manipuler les émissions lors des tests avait été installé à bord du véhicule concerné, elle ne l'aurait pas acheté», selon un attendu cité par le cabinet Poduschka.

Selon ce jugement de première instance, le concessionnaire doit reprendre le véhicule, acheté 26'500 euros en 2012, en versant à la cliente un prix supérieur au prix d'achat, soit 29.000 euros, en raison des intérêts.

«Il s'agit de la décision la plus favorable à ce jour pour un acheteur de voiture», s'est félicité le cabinet d'avocats, relevant que le tribunal avait calculé la décote de la voiture non en fonction de son âge, mais du nombre de kilomètres parcourus. Celui-ci étant faible (25.000 km), la décote a été inférieure aux intérêts.

Volkswagen avait reconnu à l'automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution et dissimulant des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Ce scandale a déjà coûté au constructeur plus de 25 milliards de dollars en rappels de véhicules et procédures judiciaires. Plusieurs autres constructeurs ont depuis également été mis en cause pour des pratiques similaires.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.