Passer au contenu principal

Renault ouvre sa première usine en Chine

Le constructeur français réalise une implantation industrielle tardive sur le principal marché automobile mondial en vif ralentissement.

Des employés chinois devant la nouvelle Renault Kadjar.
Des employés chinois devant la nouvelle Renault Kadjar.
AFP

«C'est la première grande étape» pour le développement de Renault sur un marché crucial dont il restait quasi absent, a déclaré son PDG Carlos Ghosn, lors d'une cérémonie au coeur des installations flambant neuves à Wuhan (centre), importante métropole industrielle sur le fleuve Yangtsé.

Fruit d'une coentreprise avec le deuxième constructeur chinois, Dongfeng, l'usine de Wuhan dispose d'une capacité de production de 150'000 véhicules par an, une cadence qu'elle devrait atteindre progressivement.

Dans un premier temps, l'usine assemblera le Kadjar, le dernier-né des «crossovers» de Renault, dans une version légèrement modifiée pour séduire les consommateurs chinois, très friands de 4x4 urbains (SUV). Puis un deuxième crossover, le D-SUV, sortira courant 2016 de ses chaînes.

«On voit une explosion sur ce créneau en Chine. On arrive tard mais avec le bon produit», observe Jacques Daniel, directeur de la coentreprise, tout en reconnaissant que l'implantation se fait dans une «conjoncture pas facile».

Net ralentissement

Les ventes automobiles en Chine ont certes progressé de 4,7% l'an dernier, à 24,6 millions de véhicules, mais cela marque un net ralentissement par rapport aux bonds de 14% et 7% constatés en 2013 et 2014, sur fond d'assombrissement économique, de turbulences boursières et de restrictions des immatriculations dans les grandes métropoles.

Pourtant, la Chine reste «un moteur de croissance de l'industrie automobile mondiale» et occupera «une place centrale du prochain plan» stratégique de Renault, a insisté Carlos Ghosn lundi.

«Pour nous, la Chine, ce n'est que des opportunités» à saisir, a-t-il ajouté devant quelques journalistes, réitérant son ambitieux objectif d'atteindre à terme 3,5% de part de marché dans le pays. La Chine pourrait servir de précieux relais de croissance au groupe français, qui voit ses ventes trébucher sur des marchés phares, notamment en Amérique latine.

Renault était l'un des derniers grands constructeurs occidentaux à ne pas disposer de présence industrielle en Chine, où il faisait jusqu'alors de la figuration - laissant son partenaire japonais Nissan y faire cavalier seul.

La marque au losange a importé en Chine quelque 30'000 véhicules seulement en 2014 - et moitié moins en 2015 -, essentiellement des 4x4 urbains fabriqués en Corée du sud.

Concurrent installé de longue date

Son concurrent français PSA Peugeot Citroën - installé de longue date et également adossé à Dongfeng, avec qui il possède trois usines à Wuhan - écoule lui plus de 700'000 unités par an dans le pays.

Renault profite à plein de l'expérience chinoise de Nissan, lui aussi en coentreprise avec Dongfeng, l'association avec un acteur local du secteur étant une obligation incontournable pour les constructeurs étrangers.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.