Passer au contenu principal

Le Salon de l’auto se veut de plus en plus ludique

Réalité virtuelle, séance photos ou jeu vidéo… Les attractions pour attirer les visiteurs se multiplient sur les stands de Palexpo.

Depuis quelques années, le jeu vidéo remporte un succès d’estime croissant auprès des exposants et des visiteurs voulant tester les performances de leurs bolides.
Depuis quelques années, le jeu vidéo remporte un succès d’estime croissant auprès des exposants et des visiteurs voulant tester les performances de leurs bolides.
LAURENT GUIRAUD

Dans l’un des coins du stand de Ford, une petite salle s’illustre par son large fond vert et par la dizaine de personnes faisant la queue devant. Pour les plus patients, la marque américaine propose de poser devant un photographe et d’immortaliser leur visite par un cliché les mettant en scène au côté de la nouvelle Mustang Bullitt.

Dans un climat de concurrence exacerbée et de disparition progressive des hôtesses, les constructeurs cherchent aujourd’hui à rendre leur stand plus ludique et souhaitent offrir une nouvelle expérience aux visiteurs. Le jeu vidéo remporte par exemple un succès d’estime croissant auprès des exposants. Volant en mains, faisant face à un, deux ou trois écrans, l’amateur de sensations fortes peut ainsi tester les capacités de certains bolides (suivant la marque du stand) dans des courses proches du réel.

Passage au virtuel

Désormais, grâce à la réalité virtuelle (VR), l’expérience s’avère encore plus concrète et immersive. Après une première percée remarquée en 2017, cette nouvelle technologie s’affine peu à peu et, au vu de son potentiel, pourrait devenir la norme au Salon de l’auto.

Malgré les problèmes liés à la qualité des casques actuels (sources encore de nausée pour certaines personnes), de nombreuses marques proposent diverses expériences virtuelles à leurs clients. Bien installé dans son siège – mouvant ou pas –, son casque sur les yeux, le visiteur peut par exemple se projeter au volant des modèles présentés par les constructeurs et avoir un premier aperçu de leurs performances sur route.

Alors que beaucoup de constructeurs «grand public» se prêtent désormais à cet exercice, ils sont désormais rejoints par certaines marques particulièrement prestigieuses, à l’instar de Jaguar et son showroom consacré à ce type d’expériences à Palexpo. L’entreprise anglaise, appartenant au géant Tata Motors, a même franchi un cap en réalisant pour sa nouvelle I-Pace une campagne marketing articulée essentiellement sur des expériences liées à l’utilisation de la réalité virtuelle. Leur nouveau bolide 100% électrique, présenté mardi à Genève, peut ainsi être visité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur à l’aide d’un casque HTC Vive.

Pour le moment, les possibilités offertes par la réalité virtuelle restent encore limitées. Mais le fait est que des marques telles que Jaguar commence à s’y intéresser de près. Cette perspective laisse augurer de très bonnes pistes d’avenir. Pour autant que la technologie suive et que les casques deviennent plus agréables à porter et – surtout – moins onéreux…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.