Passer au contenu principal

La station-service du futur prend forme à Martigny

L’EPFL associe stockage d’énergie et production d’hydrogène dans son laboratoire valaisan. Visite.

Quand Heron Vrubel verse un liquide bleu sur de petites boules déposées au fond d’un bocal, on peine à imaginer qu’il écrit peut-être une page de l’histoire automobile. Pourtant, ce docteur en électrochimie est en train de produire de l’hydrogène, ce gaz considéré par beaucoup comme le carburant du futur. Avec ses collègues de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), le jeune scientifique hongrois a modifié des granulés de céramique en leur ajoutant un produit catalyseur. L’hydrogène se dégage au contact d’une solution liquide de vanadium (un sel dissous). Un système breveté l’an dernier par l’EPFL, pour le compte de la société EOS Holding.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.