Passer au contenu principal

GP du MexiqueLewis Hamilton en pole position

Hamilton a devancé samedi en qualifications son coéquipier Nico Rosberg.

Lewis Hamilton
Lewis Hamilton
Keystone

Lewis Hamilton (Mercedes) a pris un léger avantage dans son duel avec son coéquipier Nico Rosberg pour le titre mondial en le devançant encore aux essais qualificatifs du GP du Mexique de Formule 1 dont le départ sera donné dimanche à 13h00 locales (19h00 GMT).

C'est la 59e pole position d'Hamilton et la 10e cette saison, moins d'une semaine après sa «pole» du GP des Etats-Unis, suivie d'une victoire éclatante le dimanche. Il prendra le départ avec 26 points de retard sur Rosberg au classement, alors qu'il ne reste plus que trois courses d'ici fin novembre.

Comme souvent cette saison, les deux pilotes Mercedes ont monopolisé la première ligne (pour la 11e fois de 2016) et devancé les Red Bull du Néerlandais Max Verstappen et de l'Australien Daniel Ricciardo.

La menace jusqu'au bout

Avec un temps de 1 min 18 sec 704/1000, Hamilton a devancé Rosberg de plus de deux dixièmes de secondes (1:18.958), les pilotes des Flèches d'Argent étant les seuls capables de passer sous la barre de la minute et 19 secondes au tour.

Les Red Bull à moteur Renault ont toutefois laissé planer une menace jusqu'à la fin des qualifications, Verstappen réalisant notamment le meilleur temps de la deuxième partie de séance (Q2).

«La piste avait beaucoup plus de +grip+ (adhérence) que l'an dernier», a constaté Hamilton. «Mon tour n'était pas aussi brillant que celui de Lewis, mais j'ai fait le maximum et je suis plutôt content d'être sur la première ligne, car cela me donne une bonne chance pour demain», a résumé Rosberg.

Grande déconcentration

Le vice-champion du monde allemand affiche une grande décontraction ce week-end. Interrogé en conférence de presse pour savoir quelle était sa partie favorite du circuit, il a répondu «le podium».

Il y était monté sur la plus haute marche l'an passé, année du retour de la F1 au Mexique après plus de vingt ans d'interruption. Situé à 2200 mètres d'altitude, l'Autodrome des Frères Rodriguez (deux pilotes mexicains morts en course dans les années 60 et 70) est le plus haut de la saison de F1. L'appui des monoplaces y est réduit, à cause de l'altitude, et la poussière est partout car le circuit est au coeur de Mexico, l'une des villes les plus polluées du monde.

Les Ferrari, qui s'étaient montrées rapides lors des essais libres vendredi, n'ont pas concrétisé. Le Finlandais Kimi Räikkönen n'a pu faire mieux que 6e, juste devant son coéquipier allemand Sebastian Vettel.

La surprise Hülkenberg

La surprise est venue d'un autre Allemand, Nico Hülkenberg (Force India), futur pilote Renault, qui a pris la 5e place sur la grille. De bon augure pour son écurie, à la lutte avec Williams pour la 4e place du Championnat du monde des constructeurs de F1... et pour les revenus commerciaux qui vont avec.

«Il faut que nous restions prudents au 1er tour et je ne vais pas penser à ce qui est arrivé la semaine dernière», a souligné Hülkenberg, éliminé par un accident au départ du GP des Etats-Unis.

Les pilotes Williams se sont qualifiés derrière les Ferrari, le Finlandais Valtteri Bottas 8e et le Brésilien Felipe Massa 9e.

Chez Renault, le Danois Kevin Magnussen n'a pu faire mieux que 14e et son coéquipier britannique, Jolyon Palmer, n'a même pas pu participer à ces qualifications, en raison d'un châssis fissuré lors de la 3e séance d'essais libres, le matin même.

Les Mexicains n'ont guère été plus heureux: 12e place seulement pour Sergio Pérez (Force India), largement devancé par son coéquipier «Hulk», et 17e place pour Esteban Gutiérrez (Haas).

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.