Passer au contenu principal

AmendeVolkswagen condamné à 5 millions d'euros en Italie

L'affaire des moteurs diesel truqués va coûter l'amende maximale prévue dans la péninsule au constructeur automobile allemand.

VW a avoué en septembre 2015 avoir truqué 11 millions de voitures dans le monde afin de les faire passer pour moins polluantes qu'elles ne l'étaient vraiment.
VW a avoué en septembre 2015 avoir truqué 11 millions de voitures dans le monde afin de les faire passer pour moins polluantes qu'elles ne l'étaient vraiment.
Keystone

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a été condamné à une amende de 5 millions d'euros (près de 5,5 millions de francs) par l'autorité de la concurrence italienne dans l'affaire des moteurs diesel truqués, a annoncé cette dernière lundi.

Le groupe, condamné à l'amende maximale prévue, a été sanctionné pour «pratiques commerciales incorrectes», pour «avoir manipulé le système de contrôle des émissions polluantes» sur ses moteurs.

L'amende concerne «la commercialisation sur le marché italien, à partir de 2009, de véhicules diesel dont l'homologation a été obtenue à travers l'utilisation d'un logiciel permettant d'altérer de façon artificielle le comportement de celui-ci pendant les tests pour le contrôle des émissions polluantes», afin d'obtenir un «résultat plus bas» que lors d'une utilisation normale dans la rue, a expliqué l'autorité dans un communiqué.

11 millions de voitures truquées

Le groupe allemand aux douze marques, dont Audi, Porsche et Seat, a avoué en septembre 2015 avoir truqué au total 11 millions de voitures dans le monde afin de les faire passer pour moins polluantes qu'elles ne l'étaient vraiment.

En Europe, les voitures trafiquées sont progressivement en train d'être rappelées pour être remises aux normes. Aux Etats-Unis, Volkswagen a passé un premier accord de quelque 15 milliards de dollars (pratiquement autant en francs) d'indemnisation pour les automobilistes concernés.

Le mastodonte allemand a indiqué avoir passé une provision de 1,6 milliard d'euros au premier semestre pour couvrir les possibles coûts juridiques liés à cette affaire.

Cette provision vient s'ajouter aux quelque 16 milliards d'euros déjà mis de côté en 2015 et qui avaient fait passer dans le rouge les comptes de Volkswagen, avec une perte nette annuelle de 1,6 milliard, la première depuis plus de 20 ans.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.