Volkswagen discute d'un accord avec ses clients

DieselgateLe constructeur automobile veut solder à l'amiable le grand procès qui l'oppose à ses clients en Allemagne.

Le scandale remonte à septembre 2015, quand le géant automobile allemand a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules diesel de logiciels truqués.

Le scandale remonte à septembre 2015, quand le géant automobile allemand a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules diesel de logiciels truqués. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Volkswagen a entamé des négociations pour solder à l'amiable le grand procès qui l'oppose à ses clients depuis fin septembre en Allemagne, l'une des nombreuses ramifications judiciaires du scandale des moteurs diesel truqués.

Les discussions engagées avec la fédération de défense des consommateurs allemands (VZBV), qui devraient «rester confidentielles», sont à «un stade précoce» et ne présentent donc «aucune garantie d'aboutir», précisent les deux parties jeudi dans un communiqué commun.

Cette annonce vise à mettre un terme au premier grand procès de consommateurs ouvert dans le cadre du dieselgate contre Volkswagen, via une procédure groupée créée en Allemagne en réaction à ce scandale.

400'000 plaintes

Le constructeur automobile est accusé d'avoir délibérément nui à ses clients en installant à leur insu un logiciel faisant paraître leurs véhicules diesel moins polluants qu'ils ne l'étaient en réalité. Près de 400'000 requêtes de consommateurs ont été déposées contre l'entreprise en Allemagne, dans ce procès hors norme qui devrait durer plusieurs années.

Les juges du tribunal de Brunswick doivent déterminer si la falsification opérée par Volskswagen a causé un préjudice à ses clients, et, si tel est le cas, calculer leurs indemnisations.

Le scandale remonte à septembre 2015, quand le géant automobile allemand a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules de ces logiciels. Le «dieselgate» a depuis coûté à Volkswagen plus de 30 milliards d'euros en frais juridiques, amendes et dédommagements, principalement aux Etats-Unis.

La dernière de ces transactions remonte à la mi-septembre, quand Volkswagen avait accepté de verser 127 millions de dollars australiens (79 millions d'euros) pour régler des procédures judiciaires collectives d'automobilistes australiens.

Cette affaire a profondément déstabilisé l'entreprise, ainsi que toute l'industrie automobile allemande, la poussant à engager des efforts massifs pour électrifier ses modèles. (afp/nxp)

Créé: 02.01.2020, 12h26

Articles en relation

Enquête étendue sur les concessionnaires VW

Tessin Mardi, la Commission de la concurrence a révélé qu'elle poursuivait son enquête sur d'autres concessionnaires de Volkswagen au Tessin. Plus...

Dieselgate: pas d'indemnisation d'Amag

Suisse L'association des consommateurs SKS espérait obtenir une indemnité pour 6000 propriétaires de véhicules Volkswagen. Elle est en fait condamnée à payer les frais juridiques. Plus...

Amag et VW obtiennent gain de cause

Dieselgate La SKS avait porté plainte contre Volkswagen et Amag afin d'indemniser des milliers de propriétaires de véhicules, mais a été désavoué par la justice zurichoise. Plus...

Dieselgate: perquisitions chez Volkswagen

Allemagne Les bureaux de la marque automobile allemande ont été perquisitionnés par les enquêteurs du parquet de Braunschweig (nord du pays). Plus...

Dieselgate: place au procès en Allemagne

Volkswagen Volkswagen affronte ses clients devant la justice allemande à partir de lundi. Le procès pourrait durer plusieurs années. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.