Passer au contenu principal

NouveautéAvec le MX-30, Mazda entre dans l’ère de l’électrification

Cet élégant SUV urbain, agréable à conduire, offre une autonomie assez modeste, justifiée par des motifs écologiques.

Le SUV de taille moyenne MX-30 est le premier véhicule électrique commercialisé par Mazda.
Mazda MX-30
Le SUV de taille moyenne MX-30 est le premier véhicule électrique commercialisé par Mazda.
MAZDA

On ne fera pas à Mazda l’injure de prétendre que le MX-30 est son premier véhicule électrique. Car en 1970, la marque d’Hiroshima avait présenté, au Salon de Tokyo, un petit concept car (EX005) dont le moteur rotatif rechargeait une batterie alimentant deux moteurs électriques.

Mais revenons en 2020. Extérieurement, le Mazda MX-30 se présente sous la forme d’un SUV coupé ayant à peu près la taille du CX-30. Pourquoi coupé? D’une part en raison d’une ligne de toit se terminant de manière elliptique, mais aussi à cause des petites portes arrière antagonistes. Comme dans la voiture à moteur Wankel RX-8, elles s’ouvrent en effet d’avant en arrière.

Mais les épaules bien marquées, les passages de roues garnis de plastique noir et la garde au sol rehaussée rappellent l’esprit SUV si cher à nos contemporains. Mazda met aussi l’accent sur les carrosseries bicolores, qui affinent la silhouette et privilégient les options de personnalisation.

Matériaux recyclés

Dans l’habitacle, de très belle facture mais de style assez classique, la console médiane «flottante» apporte une touche de futurisme. Conformément à la tendance actuelle, les textiles et les matières plastiques font appel à des matériaux issus de filières de recyclage, des bouteilles en PET entrant notamment dans leur fabrication. Des alternatives véganes ont même été créées pour remplacer le cuir véritable.

Bien qu’assez fermement rembourrés, les sièges avant sont unanimement appréciés pour leur confort et leur forme anatomique. Certes, il faut se faufiler un peu pour accéder aux places arrière, qui sont légèrement rehaussées. Si la place pour les jambes y est largement suffisante, les petites vitres latérales fixes peuvent donner la sensation d’être un peu enfermé. On relèvera également le fait que les portes arrière antagonistes ne peuvent pas être ouvertes indépendamment des portes avant.

Le MX-30 se conduit comme une voiture classique à boîte automatique. Comme toujours avec les véhicules électriques, les accélérations départ arrêté sont instantanées et vigoureuses. Logiquement, la vitesse de pointe sur autoroute a été plafonnée à 140 km/h. Au murmure presque inaudible du moteur électrique s’ajoute un bruit artificiel qui ne sert pas seulement à se signaler auprès des piétons à faible vitesse, mais également à donner un meilleur feedback auditif au conducteur. Les accélérations, notamment, génèrent une tonalité un peu plus appuyée.

Sur route, le SUV électrique de Mazda donne une impression d’agilité à laquelle le système G-Vectoring n’est sans doute pas étranger. En outre, les palettes placées derrière le volant permettent de faire varier l’intensité du freinage régénératif sur cinq niveaux.

Batterie plutôt petite

Mazda propose pour le moment une batterie dont la capacité correspond bien aux exigences posées à une citadine, mais peut se révéler un peu juste quand on a davantage de kilomètres à parcourir dans la journée. Le constructeur japonais justifie ce choix par des considérations écologiques.

Pour compenser les émissions de CO2 résultant de sa fabrication, un véhicule électrique doit en effet parcourir, au cours de son cycle de vie, un nombre de kilomètres d’autant plus considérable que la capacité de sa batterie est importante. Cette réflexion est pertinente en soi, mais il n’est pas sûr que les clients potentiels l’entendent tous de cette oreille.

Mazda n’envisage pas, contrairement à d’autres constructeurs, de proposer d’autres solutions pour le moment. En revanche, le concept imaginé à Hiroshima prévoit la possibilité de disposer d’un prolongateur d’autonomie sous la forme d’un petit moteur Wankel capable de recharger la batterie si nécessaire. Cette option ne devrait toutefois pas être livrable avant fin 2021.

Cela étant, Mazda s’est associé avec le TCS pour proposer des Wallbox adaptées aux besoins de chacun. La recharge à domicile (de 20 à 80%) ne devrait prendre que trois heures. Et sur une borne publique de recharge rapide en courant continu, la même opération ne prend que trente-six minutes.