Passer au contenu principal

Le meilleur de tous les tempsAvec «The Last Dance», Michael Jordan est le champion d’un printemps sans sport

Même pour le milieu du basket, le documentaire événement a réveillé ou révélé la puissance d’une époque et de sa plus grande star.

Michael Jordan sur la route de son dernier titre NBA, lors de la finale de Conférence contre les Indiana Pacers, en mai 1998.
«His Airness» survole les débats
Michael Jordan sur la route de son dernier titre NBA, lors de la finale de Conférence contre les Indiana Pacers, en mai 1998.
AP

Est-ce le vide du moment qui a donné tant de grandeur à ce voyage dans le temps? Alors que The Last Dance a dévoilé ses deux derniers épisodes lundi, voilà le seul doute raisonnable qui s’accroche à son immense succès. Dans un monde privé de sport, le documentaire produit par ESPN et Netflix s’est imposé comme la seule dramaturgie sportive inédite du printemps. Il aura été tout à la fois un plaisir immédiat et un travail de mémoire. Pour finalement atteindre son but: donner une dimension transgénérationnelle à la fascination Michael Jordan.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.