Passer au contenu principal

Reconstruction après incendieAvenches aidera finalement le «poney paradise»

Refusée en mai, une aide de 150’000 francs à la création de ce pôle touristique à l’IENA passe la rampe.

L’aménagement de la ferme des Longs Prés, incendiée en 2017, en «poney paradise» bénéficiera d’un soutien financier de la Commune d’Avenches et donc de la région.
L’aménagement de la ferme des Longs Prés, incendiée en 2017, en «poney paradise» bénéficiera d’un soutien financier de la Commune d’Avenches et donc de la région.
Jean-Paul Guinnard

Aménager un paradis du poney, et aussi des enfants, dans le cadre de la reconstruction de l’Institut équestre national d’Avenches (IENA), suite aux incendies criminels de juillet 2017. Tel est le projet que la Municipalité souhaitait soutenir en puisant un montant de 150’000 francs sur son fonds de développement touristique.

Mais aussi alléchant qu’il soit sur le papier, le projet n’avait pas séduit le Conseil communal, en mai dernier, juste après la première vague de la pandémie, l’objet étant refusé à une voix près. Persuadé de n’avoir pas su faire passer le message et son mécanisme financier, l’Exécutif présentait le même préavis six mois plus tard. Et cette fois-ci, il a passé la rampe à bulletins secrets par 33 oui contre 9 non (1 blanc).

Courage municipal

«Je félicite le courage de la Municipalité d’avoir représenté le dossier et je me réjouis que le refus de mai ait entraîné une prise de conscience des Avenchois de l’existence de ces infrastructures dans leur ville», se réjouit Jean-Pierre Kratzer, directeur de l’IENA au lendemain du vote. Grâce à ce soutien, l’homme fort du milieu pourra aussi bénéficier d’une aide de 300’000 francs, dont la moitié sous forme de prêt à 0%, provenant du fonds de développement régional de la Broye.

«Toute la Municipalité avait été frustrée du résultat du vote et la volonté de représenter ce dossier était unanime, le service des communes du Canton de Vaud nous ayant expliqué que c’était possible», se réjouissait Gaëtan Aeby, municipal en charge de la Promotion économique, à l’issue des débats. «Jamais je n’avais eu autant de retours de la population ne comprenant pas un vote du Conseil communal. L’idée avait même été émise de lancer un référendum, mais ce n’est pas possible légalement après un vote négatif», ajoutait-il.

«L’idée avait même été émise de lancer un référendum, mais ce n’est pas possible légalement après un vote négatif.»

Gaëtan Aeby, municipal en charge de la Promotion économique

Alors que le Législatif avait voté presque sans débats en mai, les échanges ont été plus nombreux jeudi, certains élus se montrant peu convaincus des retombées économiques de l’IENA. Pas de quoi toutefois craindre le lancement d’un référendum dans l’autre sens, selon le municipal. D’autant plus que les contraintes sanitaires ne se prêtent pas vraiment à la récolte de signatures.