Passer au contenu principal

Soutien financier en période CovidAvenches réduit de moitié son aide à Rock Oz’Arènes

La Municipalité souhaitait soutenir ses festivals à hauteur de 100’000 francs pour le festival rock et 50’000 pour le Tattoo. Le Conseil communal a égalisé les sommes.

Le festival de fanfares militaires Avenches Tattoo touchera une aide communale de 50’000 francs pour ses pertes liées à la pandémie, soit le même montant que Rock’Oz Arènes, à qui la Municipalité souhaitait donner le double.
Le festival de fanfares militaires Avenches Tattoo touchera une aide communale de 50’000 francs pour ses pertes liées à la pandémie, soit le même montant que Rock’Oz Arènes, à qui la Municipalité souhaitait donner le double.
KEYSTONE/Laurent Gilliéron

«Parfois, il faut accepter que la vérité n’est pas dans nos mains. En votant clairement cette aide financière, le Conseil communal a montré qu’il tient à ses festivals d’été, ce qui n’était pas gagné d’avance comme les débats l’ont montré.» Municipale d’Avenches en charge notamment de la Culture, Laure Ryser ne savait s’il fallait voir le verre à moitié vide ou à moitié plein, jeudi au terme du Conseil communal. Alors que l’Exécutif souhaitait soutenir ses festivals à hauteur de 100000 francs pour Rock’Oz Arènes et 50000 pour Avenches Tattoo, le Législatif a égalisé les sommes à 50’000 francs chacun.

«Il ne s’agit ici pas d’égalité de traitement, mais d’équilibre.»

Laure Ryser, municipale d’Avenches

«Avec cette aide, nous souhaitons compléter les aides cantonales qui se montent à 80% des pertes engendrées par l’annulation à cause de la pandémie. Nous avons travaillé en proportion de leurs budgets respectifs, sans vouloir donner plus d’importance à l’un qu’à l’autre. Il ne s’agit ici pas d’égalité de traitement, mais d’équilibre», a-t-elle plaidé suite à un amendement déposé par la Commission des finances. L’élue a aussi rappelé qu’en 2019, les prestations offertes aux deux manifestations s’élevaient à 98’000 francs pour le Rock’Oz et 54’000 pour le Tattoo, d’où les montants choisis.

Deux conditions

«La commission souhaite l’équité dans les montants, un festival n’ayant pas plus de poids qu’un autre tant pour la ville d’Avenches que pour la visibilité au niveau national», argumentait le rapporteur Maxime Corthésy (PLR). Elle réduisait ainsi l’aide au Rock’Oz à 50’000 francs et proposait que ce versement ne puisse être effectué qu’en cas de soutien cantonal, lequel n’a pas encore été alloué. Au vote, ces deux conditions ont largement passé la rampe.

Restait alors à faire passer le préavis général d’aide de 100’000 francs au total, ce qui n’était pas gagné. «Cette aide n’est pas judicieuse alors que beaucoup de monde souffre de la crise sanitaire et économique. Les éditions 2021 sont déjà compromises et les arènes seront fermées pour entretien par la suite. J’ai peur qu’on se souvienne d’une grosse dépense pour peu de retombées économiques», a lâché Eric Beytrison (UDC).

«J’ai peur qu’on se souvienne d’une grosse dépense pour peu de retombées économiques.»

Eric Beytrison, conseiller communal UDC

Vu les circonstances, plusieurs élus se sont aussi inquiétés de l’avenir avenchois des festivals. Un autre a souhaité que ce soutien soit le dernier, la Commune ayant dû ouvrir son porte-monnaie plusieurs fois ces dernières années. L’aide a toutefois finalement largement passé la rampe (7 non, 2 abstentions).

Bol d’air

De quoi offrir un bon bol d’air aux organisateurs à l’heure de se pencher sur les rendez-vous de 2021. «Nous avions trois incertitudes, soit boucler 2020 proche de l’équilibre, préparer une édition 2021 plus ou moins normale et planifier l’avenir dès 2022. La première est ainsi réglée», commente Ludovic Frochaux, directeur exécutif d’Avenches Tattoo. Le festival de musique militaire prévoit un spectacle 2021 proche de celui annulé début septembre. Et s’il devra quitter les arènes, son avenir semble se dessiner à Avenches, même si plusieurs sites possibles dans la région sont encore en discussion.

«On sait que les recherches de sponsoring seront compliquées.»

Olivier Magnin, membre de la fondation Rock’Oz Arènes

Du côté de Rock’Oz Arènes, on se réjouit de la volonté communale de pérenniser ces manifestations, mais on ne comprend pas l’argumentaire ayant amené à diviser par deux leur aide municipale prévue. «Notre situation financière était très compliquée et certaines conditions du Canton pour son aide inacceptables. C’est désormais en passe de se régler», souligne Olivier Magnin, membre de la fondation. De quoi travailler sur une édition 2021, dont la jauge du public sera réduite en raison des contraintes sanitaires. «Et on sait que les recherches de sponsoring seront compliquées», conclut le responsable.