Passer au contenu principal

Employeur communal mis en causeAvenir syndical dénonce des licenciements abusifs

Deux assistants de sécurité publique licenciés par la Municipalité de Gland contestent les motifs de cette décision et s’estiment victimes de représailles.

Deux employés de la Ville de Gland rejettent les accusations qui ont motivé leur licenciement.
Deux employés de la Ville de Gland rejettent les accusations qui ont motivé leur licenciement.
Yvain Genevay

«Nous nous sentons salis par les accusations qui ont motivé notre licenciement et nous voulons laver notre honneur en rétablissant la vérité.» Les deux assistants de sécurité publique (ASP) qui ont donné leur version des faits lors d’une conférence de presse organisée mardi par le syndicat Avenir syndical en ont gros sur la patate. Ils contestent les raisons invoquées par leur employeur, la Commune de Gland, et y voient plutôt des représailles qui feraient suite à leur militantisme syndical. Le syndic Gérald Cretegny confirme la décision municipale de se séparer de ces deux collaborateurs et ne peut en dire plus. «Nous avons un devoir de réserve, mais quand il y a de telles décisions, c’est qu’il y a des motifs graves.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.