Passer au contenu principal

Changements au Stade Lausanne OuchyAxel Danner: «On se pose beaucoup de questions»

Comme plusieurs coéquipiers, le capitaine du néo-promu est un peu inquiet suite aux bouleversements que connaît son club.

Axel Danner n'est pas encore certain de poursuivre l'aventure avec SLO au-delà du 30 juin prochain.
Capitaine
Axel Danner n'est pas encore certain de poursuivre l'aventure avec SLO au-delà du 30 juin prochain.
KEYSTONE

Axel Danner, comment s’est passé ce retour sur les terrains?
Dans un premier temps, l’annonce du départ d’Andrea Binotto a été un choc pour beaucoup d’entre nous. Mais une fois sur le terrain, on oublie tout cela et, sincèrement, les choses se passent plutôt bien même si on se pose beaucoup de questions.

Lesquelles? Sur les départs simultanés de plusieurs personnes du staff et de l’encadrement du club?
J’ai en effet entendu que certains avaient, ou allaient, quitter SLO mais je n’en sais pas beaucoup plus. Non, comme plusieurs de mes coéquipiers, j’ignore si je ferai encore partie de cette équipe le mois prochain. Personnellement, j’ai rencontré une fois mes dirigeants mais rien de concret ne m’a été proposé. Je suis dans l’attente et ce n’est pas une situation agréable.

Vous êtes très lié à votre ancien coach, non?
Oui, mais c’est le sport et comme cette décision n’est pas de notre ressort, il faut l’accepter. Cela dit, le départ d’Andrea Binotto marque la fin de quelque chose de magnifique. Mais bon, peut-être bien que la suite le sera aussi. L’avenir le dira.

C’est très bien d’avoir de l’ambition mais en même temps il faut aussi savoir garder un peu les pieds sur terre

Axel Danner au sujet du projet que les dirigeants souhaitent mettre en place

Votre avenir, vous l’envisagez loin du SLO?
Pas encore, même si je me dois de déjà imaginer un plan B. Pour ce qui concerne SLO, la décision appartiendra à notre futur coach, Meho Kodro, et à notre directeur sportif, Yagan Hiraç.

Vous a-t-on parlé du projet que vos dirigeants souhaitent mettre en place?
Oui. Leur idée est de voir le plus haut possible. C’est très bien d’avoir de l’ambition mais en même temps il faut aussi savoir garder un peu les pieds sur terre. Et voir d’où l’on vient.

Votre souhait est-il de poursuivre encore un peu cette aventure?
A priori oui mais pas à n’importe quelles conditions. À 28 ans, on ne réfléchit pas comme à 20 ans. J’ai un boulot d’enseignant à mi-temps que je souhaiterais conserver. Personnellement, la formule 50-50 que nous avions trouvée pour cette première saison en Challenge League me convenait bien.

La motivation sera facile à trouver pour tous ceux qui, comme moi, n’ont pas encore de contrat pour la saison prochaine

Axel Danner au sujet de la fin de la saison de Challenge League

Avez-vous déjà rencontré Meho Kodro, qui sera le coach du SLO dès le 1er août?
Non mais je trouverais bien qu’il nous soit présenté très prochainement. Et surtout qu’il trouve le temps de venir assister à quelques-uns de nos matches ces prochaines semaines. Pour qu’il se fasse une bonne idée de la valeur de l’effectif actuel.

En attendant, vous avez rencontré pour la première fois Stefano Maccoppi, votre coach intérimaire, lundi. Quelle impression vous a-t-il fait?(Il rigole) À part son fort accent italien, plutôt bonne. Il connaît bien le foot et je ne crois pas qu’il soit venu pour deux mois avec l’intention de tout révolutionner. Le contexte actuel est bon, stimulant et c’est le plus important.

Avec 13 matches sans enjeu, la motivation va-t-elle être parfois difficile à trouver?
Pour ceux qui ont déjà un contrat pour la saison prochaine, je ne sais pas. En revanche, je peux vous assurer qu’elle sera facile à trouver pour tous ceux qui, comme moi, n’ont encore rien. Pour nous, ces deux prochains mois seront au contraire très importants.