Passer au contenu principal

Une websérie dystopique«Bâtards», une satire sur le monde des apparences

De jeunes orphelins passent un concours d’une téléréalité pour se faire adopter par des riches. Un mélange de genres réussi à voir dès le 22 novembre.

De gauche à droite, les bâtards: Mila (Sasha Gravat Harsh), Dylan (Esteban Sicilia), Harmonie (Maïmouna Kone) et Rocky (Maoro Maquart).
De gauche à droite, les bâtards: Mila (Sasha Gravat Harsh), Dylan (Esteban Sicilia), Harmonie (Maïmouna Kone) et Rocky (Maoro Maquart).
RTS/Box Productions

Dans l’univers dystopique de la nouvelle websérie romande «Bâtards», des milliers d’enfants sont abandonnés aux abords des villes, sales, affamés. Pour s’en sortir, certains participent à une téléréalité dans laquelle le gagnant sera adopté par un couple de célébrités. Sur le plateau, le combat est acharné entre les 20 candidats, jusqu’à la sélection des quatre finalistes. À ce stade, l’enjeu est de taille: Mila, Dylan, Harmonie et Rocky passent des épreuves où il faut être enterrés vivants, tout en prêtant leur image à des spots publicitaires.

Le diktat de l’audience

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.