Passer au contenu principal

Logement socialBientôt 50 appartements à loyer modéré à La Tour-de-Peilz

La coopérative Les Jardins de la Paix commencera les travaux au printemps sur une parcelle communale. Des parts sociales de 500 fr. peuvent être achetées par tout citoyen dès le 1er novembre.

Modélisation: Link architectes sa

«Votre vote a permis un projet qui a belle allure!» Ainsi a rendu hommage à ses pairs Jean-Yves Schmidhauser, lors du dernier Conseil communal de La Tour-de-Peilz. L’élu PS faisait référence à un vote d’il y a deux ans: les conseillers communaux avaient accepté d’acheter une parcelle (pour 1,7 million) pour l’adjoindre à deux adjacentes déjà en mains de la Commune. Sur ce nouveau terrain ainsi créé, à côté du cimetière, ils avaient octroyé un droit de superficie de 99 ans à la coopérative Les Jardins de la Paix, reconnue d’intérêt public, qui procure aux personnes à revenus modestes des logements à loyer modéré (déjà une quarantaine à La Tour-de-Peilz et à Vevey).

Cette idée avait été portée devant le Conseil fin 2012 par Alain Grangier (actuel syndic mais à l’époque conseiller communal qui avait siégé au préalable au Conseil de la coopérative aux côtés de Jean-Yves Schmidhauser), mais le dossier avait dû patienter quelques années que les autorités finalisent d’abord le nouveau plan général d’affectation (PGA).

30% moins cher que les prix du marché

Désormais, le projet (baptisé «Perrausaz») entre dans sa phase concrète. La mise à l’enquête s’est déroulée en avril et n’a récolté qu’une opposition, qui a été levée. Les travaux, pour un montant de 16,6 millions, devraient commencer au printemps pour 2 immeubles de 4 étages abritant chacun 25 logements. Plus de la moitié sera constituée de 2 et 3 pièces. Les loyers devraient être de plus de 30% inférieurs aux prix du marché. Exemples: «Un appartement neuf de 3 pièces (73 m2) pour 1300 fr. et un 4 pièces (94 m2) pour 1685 fr. Mais il s’agit encore de projections! souligne Jean-Yves Schmidhauser, également vice-président de la coopérative Les Jardins de la Paix. Cela illustre de manière très concrète les avantages d’une coopérative d’habitation comme la nôtre.»

«Cela illustre de manière très concrète les avantages d’une coopérative d’habitation comme la nôtre»

Jean-Yves Schmidhauser, vice-président de la coopérative Les Jardins de la Paix

Un accord particulier devrait permettre des prix aussi bas: ces logements devraient en principe être subventionnés par le Canton. Le principe d’un logement subventionné est que le Canton et la Commune participent tous deux à hauteur de 50% à la réduction du prix. Or, La Tour-de-Peilz ne veut pas subventionner de tels appartements (même si elle participe de manière indirecte en n’étant rémunérée que de 3%, et non davantage, pour le droit de superficie qu’elle a octroyé).

Cas très rare, le Canton pourrait subventionner seul, même sans la part communale: «Le Conseil d’État doit encore avaliser ce scénario, explique Florian Failloubaz, responsable de la Division logement. Cette proposition s’appuie sur le fait que cette région connaît une pénurie de logements et que les prix du marché sont très élevés. De plus, il y a peu d’appartements subventionnés à La Tour-de-Peilz et notre apport, au titre de logements à loyer modéré, permettrait à la coopérative de toucher davantage des subventions de la Confédération.»

«Cette région connaît une pénurie de logements et les prix du marché sont très élevés. De plus, il y a peu d’appartements subventionnés à La Tour-de-Peilz»

Florian Failloubaz, responsable de la Division logement du Canton

Si les taux hypothécaires venaient à remonter, la coopérative pourrait intervenir pour que l’augmentation ne se répercute pas (ou que partiellement) sur les locataires. «Toute coopérative ne pourrait pas se le permettre, mais notre situation financière est particulièrement bonne», explique Jean-Yves Schmidhauser.

Parts sociales de 500 fr. à acheter

Le projet a été présenté dans le détail aux coopérateurs lors d’une AG extraordinaire ce mercredi. La séance d’information publique souhaitée s’est avérée impossible à tenir en raison du Covid.

Trois cents parts sociales de 500 fr. pourront être achetées dès le 1er novembre, qui rapporteront ensuite au minimum 3% annuels à leurs détenteurs. Pourquoi émettre seulement 150’000 fr. de parts sociales sur un budget de 16 millions? «Le montant est symbolique, car la logique n’est pas une logique de financement, explique Jean-Yves Schmidhauser. C’est pour associer la population boélande à ce projet, pour qu’elle se l’approprie.» Un projet emblématique également sur l’aspect environnemental: Minergie P et respectant les exigences «société 2000 W», les bâtiments récupéreront l’eau de pluie, se chaufferont aux pellets et créeront en principe une communauté électrique pour fournir, grâce aux panneaux photovoltaïques installés sur leurs toits, l’électricité à d’autres logements.

3 commentaires
    Berney Arlette

    C'est la même chose pour les appartements protégés, trop chers pour une personne seule, 2 pces pour 1'250.- sans les charges , j'ai jamais compris pourquoi ils font pas des subventionnés pour uniquement les personnes ayant que l'AVS, c'est mon cas