Du tennis, du ski et du foot pour une soupe suisse à la grimace!

Coup de griffe Les Helvètes devaient briller sur tous les fronts. Mais novembre sera rude pour les nerfs des fans qui risquent bien de terminer l’année le moral à zéro.

La Suisse s'est inclinée 1-0 en Slovénie. Deuxième défaite en deux matches pour la Nati version Vladimir Petkovic.

La Suisse s'est inclinée 1-0 en Slovénie. Deuxième défaite en deux matches pour la Nati version Vladimir Petkovic. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au programme, la triste fin des espoirs fous de voir Federer redevenir numéro un de la raquette pour le Nouvel An. Certes le maestro alignait les victoires depuis l’US Open. Pas toujours très convaincantes hélas. Mais les médias enthousiastes balayaient ce détail d’un revers de plume. L’icône allait selon eux rafler la victoire au Masters de Bercy et poursuivre ainsi sa marche triomphale vers le trône. Cela au nez et à la barbe de Novak Djokovic qui, la tête ailleurs en Chine pour cause de pouponnage imminent, avait laissé le king lui infliger une cuisante défaite à Shanghai et revenir dangereusement dans son sillage. Il est pourtant clair que le «saigneur» des courts n’a pas la moindre intention d’autoriser la légende à ajouter un nouveau chapitre à sa glorieuse saga.

Ayant rapidement épuisé les joies de la paternité, le vampire de Belgrade a débarqué à Paris le couteau entre les dents, déterminé à demeurer le boss du circuit. Et, comme l’an dernier, l’a prouvé en atomisant en finale le bombardier géant canadien Milos Raonic. Qui, en état de grâce deux jours plus tôt, s’était cavalièrement payé le scalp du malheureux Rodgeur en deux sets.

Etant donné la forme olympique de Dracula, on imagine mal que les choses puissent changer lors de l’ultime tournoi des maîtres à Londres dans quelques jours. Reste la finale de la Coupe Davis que notre gloire nationale serait bien inspirée de considérer désormais comme sa priorité. Mais les Rouges ne sont pas sortis de l’auberge. Même si la pression monte à moins de trois semaines de l’événement et que les Bleus sont loin d’avoir fait des étincelles dans la Ville Lumière, ils restent favoris de l’épreuve.

Un seul être vous manque…

Inutile de préciser que les admirateurs ont les nerfs en pelote et pas vraiment de quoi se détendre. Car ça coince de partout. A commencer par le ski, où là également c’était couru d’avance. Tenante du titre, Lara Gut allait nous tricoter deux manches de feu lors du premier géant de la saison. Résultat la fusée de Comano a joué au pétard mouillé en s’emmêlant les pinceaux sur le glacier autrichien de Sölden.

Il n’y a pas lieu de paniquer pour la jolie blonde après ce fiasco inaugural, estiment évidemment les spécialistes de la chose. Sauf que contrairement aux Autrichiens, la Suisse ne dispose pas d’un réservoir inépuisable. La Tessinoise est l’unique véritable atout helvétique côté latte, à l’image de Rodgeur côté tamis. Moralité, dans les deux cas un seul être vous manque et tout est dépeuplé!

Du souci à se faire pour l’Euro 2016

Sans oublier la mouise question crampon. Après le faux-pas de nos footeux contre l’Angleterre dans le cadre des qualifications à l’Euro 2016, les experts du cru, toujours aussi pointus dans leurs analyses, n’hésitaient pas à vendre la peau de l’ours. Les Slovènes on les aura en trois coups de cuillère à pot, clamaient-ils de conserve.

Sauf que caramba, encore lamentablement raté. Du coup le prétentieux nouveau sélectionneur Vladimir Petkovic et ses ouailles devaient impérativement terrasser… Saint-Marin. Ce qu’ils ont réussi apparemment largement en battant leur adversaire 4-0. En réalité c’est chiche. En effet cette équipe de poche composée d’amateurs, se révèle de surcroît la plus mauvaise de l’histoire de l’UEFA!

Les aficionados ont donc du souci à se faire pour la suite de la campagne éliminatoire de leurs laborieuses idoles. Rendez-vous le 14 novembre à Saint-Gall contre la Lituanie. Le début de la fin?

Créé: 03.11.2014, 10h34

Articles en relation

Suisses et Français inséparables frères ennemis sportifs

Coup de griffe Que ce soit en foot, en tennis, voire en ski, ils ont la fâcheuse tendance à ne se lâcher ni les crampons, ni les baskets, ni les spatules. Un vrai cauchemar pour les fans des deux côtés de la frontière. Plus...

US Open: Bencic et Monfils ou la course franco-suisse aux cocoricos

Coup de griffe L’étoile montante du tennis suisse est redescendue sur terre, tandis que le mutant de la raquette hexagonale rêve d’atteindre des sommets dans la fournaise de Flushing Meadows. Plus...

Rodgeur peut-il encore refaire du Federer à l’US Open?

Coup de griffe Depuis Wimbledon et ce huitième sacre envolé in extremis face à Djokovic, je piaffais. Surtout qu’après le triomphe des Allemands au Mondial, il n’y avait rien d’ enthousiasmant à se mettre sous la rétine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.