Mieux vaut être veuve que divorcée

FamilleQuand on pleure une personne décédée, on trouve toujours une épaule pour sécher ses larmes. Mais c'est bien dans la solitude qu'on fait le deuil d'un homme qui nous quitte.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est vrai quoi, merde! On respecte toujours la douleur de ceux qui «ont perdu un être cher» parce que la mort, tu vois, c’est sacré (et en plus, le mec, il est pas perdu du tout, on sait très bien où il est, et, plus ou moins, à quelle profondeur). La mort, c’est un truc, tu vois, ça te rend les gens supérieurs. Alors que, on est d’accord, tout le monde meurt. Rien de plus naturel. La mort, c’est la vie.

Mais les préjugés, que la religion culpabilisatrice nous a flanqués, sont apparemment toujours bien là: le mort, tu dis pas de mal de lui, tu respectes sa mémoire (sa mémoire à l’heure qu’il est, c’est de l’appât pour la pêche, mais bon, ça s’honore, il paraît), alors que le vivant (celui qui a toujours la capacité d’en souffrir, donc), tu lui chies dessus comme tu veux. Sa mémoire, à lui, le vivant, elle est bien active, et elle va les stocker, les humiliations, les médisances, les méchancetés, comme ça, elle peut les ressortir quand elle veut pour remuer le couteau dans la plaie.

Pas de consolation

La veuve, quand elle pleure l’homme qu’elle ne reverra jamais, on la console, on pleure avec elle, on respecte sa douleur et on l’écoute pendant des heures, des semaines, des années, bramer sur Jean-Patrick qui était un homme tellement merveilleux (surtout depuis qu’il bouffe de la queue de pissenlit). Elle ne l’aura plus jamais auprès d’elle, c’est horrible.

La divorcée, quand elle pleure l’homme qu’elle a perdu à jamais, on la console dix minutes au téléphone, et quand on raccroche, on pousse un bon soupir de «ras-le-cul» parce qu’elle commence à couinasser lourd, on comprend pourquoi il s’est barré, Adolphe, elle est trop chiante avec sa peine à la con. OK, on a compris, elle peut passer à autre chose ? Merci.

Elle ne l’aura plus jamais auprès d’elle, c’est horrible. Mais comme il se fait sucer par une autre (pas un asticot, celle-là, une bien vivante), normalement, c’est sensé rendre le truc moins horrible. Et même carrément consolable. Faudra qu’on m’explique.

Trier les souvenirs

La veuve, elle a tout le temps qu’elle veut pour aller sur la tombe, pleurer d’émotion, trier les souvenirs, garder ce qui a été beau précieusement au fond de son cœur, pardonner ce qui a été merdique, faire de cet homme un amour qu’elle est fière d’avoir vécu. Et surtout, dire à ses enfants ce qu’a été leur père: un homme qu’elle est fière d’avoir choisi pour les concevoir.

La divorcée, elle, elle aimerait bien pouvoir garder des bons souvenirs. Malheureusement, elle doit continuer à accepter de se faire insulter par Adolphe juste parce qu’il veut deux jours de vacances de plus, sur les vôtres, et que vous avez dit non.

Votre dernier souvenir à trier, c’est «pauvre merde, t’as qu’à te les foutre au cul, tes deux jours», et la divorcée a un peu de mal à transmettre aux enfants qu’elle est vraiment fière d’avoir choisi ce type pour les concevoir. Ça doit être à cause des interférences entre «la maman de mes petits» et «la pauvre merde qui se met des vacances dans le cul».

Alors quand j’entends une divorcée dire que, parfois, elle préfèrerait que l’ex soit mort, c’est pas parce qu’elle voudrait le tuer ou le punir, c’est parce qu’elle rêve de dire à ses enfants qu’ils viennent d’une histoire d’amour dont le respect était le socle.

Il est grand temps d’arrêter de ne respecter que les morts et ceux qui les ont perdus. Le temps est venu de respecter aussi la vie et la douleur de celles et ceux qui ont perdu un vivant.


Illustratrice de talent, auteure de plusieurs livres et bandes dessinées pour la jeunesse, Hélène Bruller qui dit être «née clown», vit désormais à Paris après avoir résidé plusieurs années à Genève du temps de son mariage avec Zep (avec qui elle a eu deux enfants). Elle a notamment écrit les textes du «Guide du Zizi sexuel», les «Minijusticiers», et, en bande dessinée,«Les autres filles et leurs mecs», «Je veux le prince charmant» et d'autres albums. Sa nouvelle BD est parue mi-janvier 2014 : «Starfuckeuse».

Créé: 27.08.2014, 10h25

Articles en relation

Quand les cons vieillissent

Sagesse Notre chroniqueuse nous explique comment elle aimerait vieillir pour être celle à qui ses petits-enfants viendront se confier. Plus...

Prix sur demande. Demande, si t’as le cran

Commerce Notre chroniqueuse Hélène Bruller estime absolument anormal le fait de ne pas afficher le prix sur un produit à vendre. Elle en fait son billet d'humeur, corsé comme toujours. Un régal. Plus...

Être intègre, c'est si dur que ça?

Valeurs perdues Notre chroniqueuse Hélène Bruller bouillonne. Elle constate que dans notre monde d'individualistes, certaines valeurs fondamentales se sont perdues. Mais les rares qui ont su les garder sont les vrais gagnants. Plus...

«Tu vois, nous les mecs, on n'est pas faits comme vous»

Adultère Notre nouvelle chroniqueuse, Hélène Bruller, dessinatrice de talent et co-auteure du «Guide du zizi sexuel», ne mâche pas ses mots pour nous parler de l'adultère, une spécificité toute masculine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.