Suisses et Français inséparables frères ennemis sportifs

Coup de griffeQue ce soit en foot, en tennis, voire en ski, ils ont la fâcheuse tendance à ne se lâcher ni les crampons, ni les baskets, ni les spatules. Un vrai cauchemar pour les fans des deux côtés de la frontière.

L'équipe de Suisse de Coupe Davis se rendra à Lille pour affronter la France en finale.

L'équipe de Suisse de Coupe Davis se rendra à Lille pour affronter la France en finale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Prenons d’abord le ballon rond. Depuis 2004, qu’il s’agisse du Mondial ou de l’Euro, les deux équipes se sont trouvées plus souvent qu’à leur tour en train de guerroyer dans le même groupe. Avec hélas un bilan peu glorieux pour les Helvètes: un match nul et deux défaites, la dernière des plus cuisantes en juillet dernier au Brésil, où les pitoyables Suisses se laissaient écrabouiller 5-2 en dépit de la présence du Messi des Alpes, alias Shakiri.

On pensait alors en avoir fini pour un temps de ces confrontations génératrices d’un intolérable stress. Mais voilà que les malheureux Suisses vont devoir se coltiner les Gaulois lors d’une épreuve encore plus prestigieuse pour eux vu la rareté de la chose: la finale de la Coupe Davis, qui doit se dérouler entre le 21 et le 23 novembre.

Les Bleus , des bêtes noires également sur le court

Certes côté raquette, l’ascendant général des Tricolores évoluant au-delà de la dixième place mondiale, est moins évident. Mais bizarrement, alors qu’on dispose quand même de la légende du tamis flanquée du numéro 4 au classement, ils font souvent figures de bêtes noires dans les grandes occasions. Seule explication, un nationalisme exacerbé. Plus royalistes que le roi ces Hexagonaux, à qui le drapeau fait l’effet d’une cape devant le taureau.

Inutile donc de préciser qu’avec les fils de Tell de l’autre côté du filet, les Bleus vont voir rouge dans six semaines et foncer dans le tas. Sans compter que la Coupe Davis, ils connaissent. Sept fois finalistes, ils ont surtout soulevé le saladier tant convoité à neuf reprises. Certes ils ont obtenu leurs six premières victoires entre 1927 et 1932 grâce aux mousquetaires dont le fameux Lacoste, fondateur de la marque au crocodile, et alors qu’il n’y avait pas grand-monde pour les déstabiliser.

Mais vous connaissez nos chers voisins. A l’image de la victoire de Noah à Roland Garros en 1983, c’est comme si les choses étaient arrivées hier. Et, soyons justes, leurs trois dernières l’ont été entre 1991 et 2001 sous la houlette de Yannick Noah et de Guy Forget.

En plus ils vont jouer cette redoutable finale chez eux, à Lille sur terre battue, devant la bagatelle de 27'000 personnes, dont 23'500 entièrement acquises à leur cause, vu que 2700 billets seulement ont été alloués aux fans de Federer et de ses potes.

Wawrinka achève de nous plomber l’espoir à Shanghai

Bref, très mauvaise pioche. D’autant que les matadors français ont emporté les oreilles et la queue à 60% quand ils jouaient… à domicile. Certes, pour l’instant, ils ne sont pas franchement tous au mieux. Tsonga erre comme un fantôme, sinon joue l’Arlésienne depuis son récent succès contre le grand Rodgeur à Toronto. A l’instar de Gaël Monfils, pas encore remis de sa défaite mortifiante à l’US Open, toujours contre notre orchidée noire qui s’est fanée à vue d’œil pendant quatre sets avant de relever la tête in extremis.

Il n’empêche que l’espoir demeure hélas très mince de leur damer le pion. La preuve par ce pauvre Wawrinka qui, n’en voyant décidément plus une depuis son triomphe face à Nadal en Australie en janvier dernier puis face au maestro du tamis à Monte-Carlo en avril, a totalement raté sa tournée asiatique.

Après avoir plié d’entrée de jeu devant un illustre inconnu nippon à Tokyo, il vient de récidiver aussi gravement au Masters de Shanghai. Et devant qui ? Le Français Gilles Simon évidemment! C’est dire si ça craint un max pour les futures joutes dans le fief de Martine Aubry.


Edmée Cuttat, journaliste, a été rédactrice en chef adjointe de la Tribune de Genève pendant 15 ans, quotidien au sein duquel elle a aussi dirigé de nombreux magazines culturels. Fan de cinéma et également férue de sport, elle en aime plus particulièrement l’aspect psychologique et sociologique. Sorte de caricaturiste de la plume, elle parle de sport en grossissant le trait, à travers des coups de griffe qu’elle réserve aux stars notamment du football et du tennis.

Créé: 08.10.2014, 13h59

Articles en relation

US Open: Bencic et Monfils ou la course franco-suisse aux cocoricos

Coup de griffe L’étoile montante du tennis suisse est redescendue sur terre, tandis que le mutant de la raquette hexagonale rêve d’atteindre des sommets dans la fournaise de Flushing Meadows. Plus...

Rodgeur peut-il encore refaire du Federer à l’US Open?

Coup de griffe Depuis Wimbledon et ce huitième sacre envolé in extremis face à Djokovic, je piaffais. Surtout qu’après le triomphe des Allemands au Mondial, il n’y avait rien d’ enthousiasmant à se mettre sous la rétine. Plus...

Mondial: c'est au tour des Allemands d'essayer de plumer le coq tricolore!

Coup de griffe Les Suisses ayant rejoué gazon maudit, la vaillance du volatile hexagonal m’angoisse. Il devient urgent de le passer à la casserole pour éviter le tsunami médiatique. Pas seulement du siècle, mais de tous ceux à venir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.