Passer au contenu principal

Marché hivernal menacéBô Noël sera-t-il victime du coronavirus?

Les organisateurs sont à pied d’œuvre pour maintenir l’événement, alors que de nombreuses manifestations hivernales sont d’ores et déjà annulées. À Lausanne, un plan de protection sanitaire est en préparation.

La place Saint -François accueillera-t-elle Bô Noël cette année?
La place Saint -François accueillera-t-elle Bô Noël cette année?
Patrick Martin/24 Heures

La Saint-Nicolas à Fribourg, le marché de Noël de Morges, la Course de l’Escalade à Genève… Toutes ces manifestations ont d’ores et déjà tiré la prise à cause de la situation sanitaire. Toutes? Non! Deux irréductibles événements tentent de résister à l’envahisseur Covid-19.

Parmi eux, le marché de Noël de Montreux. Ses responsables ont présenté mercredi un plan de protection sanitaire à la Municipalité. En mettant en place une segmentation du marché en huit zones distinctes, avec un QR code à scanner à chaque entrée, l’organisation espère assurer un traçage efficace des visiteurs et ainsi convaincre les autorités puis le médecin cantonal de maintenir leur manifestation.

Même son de cloche du côté de Lausanne et Bô Noël, le célèbre marché hivernal de la capitale vaudoise. Les organisateurs de l’événement préparent un plan d’action qu’ils présenteront aux autorités cantonales et communales d’ici à la fin du mois de septembre. «Nous sommes en contact étroit avec Montreux pour voir comment procéder, explique Florian Schmied, directeur de Bô Noël. Comme la configuration est différente à Lausanne, l’idée serait d’organiser le marché en plusieurs petites enceintes à travers la ville, avec des entrées devant lesquelles il faudra scanner un code.»

«Si on continue à tout annuler, ça va être la déprime absolue»

Florian Schmied, directeur de Bô Noël

Parmi les solutions envisagées, on évoque la possibilité de réduire la taille du marché et de fermer tous les soirs la rue Centrale afin de libérer l’espace et favoriser la distanciation sociale. Mais ces mesures pourraient ne pas suffire. «Malgré tout ce que l’on va mettre en place, les risques demeurent, les incertitudes et les imprévus aussi. On n’est pas à l’abri d’un blocage de la manifestation deux jours seulement après l’ouverture», prévient Florian Schmied.

Bô Noël espère désormais obtenir des garanties de la part des autorités afin de limiter la casse. La Municipalité de Lausanne soutient les organisateurs, mais à ce stade, il est encore trop tôt pour se prononcer. «Nous nous réjouissons du succès de Bô Noël depuis maintenant plusieurs années et nous espérons évidemment que la manifestation puisse avoir lieu, indique Pierre-Antoine Hildbrand, en charge du Département de la sécurité et de l’économie à la Ville de Lausanne. Mais des zones d’ombre subsistent, tant du point de vue économique que sanitaire.»

Malgré les circonstances, les organisateurs restent confiants et espèrent pouvoir, avec un éventuel maintien de Bô Noël, finir en beauté une année 2020 décidément compliquée. «Il faut que les gens puissent avoir de quoi s’occuper cet hiver, plaide Florian Schmied. Il est nécessaire d’égayer cette ville et montrer qu’elle ne lâche pas ses commerçants et sa population. Si on continue à tout annuler, ça va être la déprime absolue.»