Passer au contenu principal

Brésil Bolsonaro accusé d’avoir tenté de «saboter» les plans anti-Covid

Selon l’ONG Human Rights Watch (HRW), le président brésilien aurait minimisé les ravages de la pandémie et aurait refusé de prendre des mesures de protection.

Selon HRW, Bolsonaro «a tenté de saboter les mesures de santé publique».
Selon HRW, Bolsonaro «a tenté de saboter les mesures de santé publique».
AFP

Le président brésilien Jair Bolsonaro a tenté de «saboter» les mesures sanitaires prises pour freiner la propagation du Covid-19 dans son pays, a accusé mercredi l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans son rapport annuel.

Le Brésil est le deuxième pays au monde le plus touché par la pandémie, avec plus de 204’600 morts et 8,1 millions de cas, derrière les États-Unis.

Selon HRW, Bolsonaro «a tenté de saboter les mesures de santé publique» visant à contenir le virus, mais a rencontré l’opposition de la «Cour suprême fédérale, du Congrès et des gouverneurs» qui «ont mis en oeuvre des politiques pour protéger les Brésiliens».

«Fausses informations»

Dans son rapport, l’ONG de défense des droits humains énumère les initiatives du président d’extrême droite pour minimiser les ravages de la pandémie, du refus de prendre des mesures pour se protéger et protéger son environnement à la diffusion de «fausses informations» et aux tentatives «d’empêcher les États d’adopter les règles de distanciation sociale».

HRW rappelle également que Bolsonaro «a congédié son ministre de la Santé pour avoir respecté les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)", et que la personne qui l’a remplacé a démissionné pour avoir été en désaccord avec lui sur l’utilisation d’un médicament pour traiter la maladie dont l’efficacité n’a pas été démontrée.

L’ONG assure également que les Brésiliens noirs sont «plus susceptibles» d’être infectés et de mourir dans un hôpital que les «membres d’autres groupes raciaux», car, selon les experts, le taux d’emploi informel est plus élevé dans cette population, les empêchant de travailler depuis leurs domiciles.

Veto surmonté

Les communautés autochtones sont «particulièrement vulnérables aux complications découlant» du Covid-19, en raison du manque d’accès aux services de santé, ajoute le rapport.

Et lorsque le Congrès brésilien a adopté en juin un projet de loi obligeant le gouvernement à fournir des services de santé d’urgence et d’autres aides pour aider les peuples autochtones à faire face à la pandémie, Jair Bolsonaro a partiellement opposé son veto au projet.

Le Congrès a ensuite surmonté ce veto. HRW rappelle également que la Cour suprême fédérale a ordonné au gouvernement de Bolsonaro d’élaborer «un plan de lutte contre la propagation du Covid-19 dans les territoires autochtones».

AFP