Passer au contenu principal

Annonces du Conseil d’ÉtatBonnes notes décernées, malgré les inquiétudes

Les milieux économiques et politiques saluent la rapidité des autorités vaudoises. Des points restent cependant à creuser.

Cette fois, les représentants des restaurateurs saluent les avancées et remercient le Canton de les avoir enfin reconnus.
Cette fois, les représentants des restaurateurs saluent les avancées et remercient le Canton de les avoir enfin reconnus.
24heures/Odile Meylan

Les annonces du Conseil d’État de ce jeudi suscitent des réactions positives, même si certains déplorent le système jugé boiteux qui a été monté par Berne. D’autres pointent en outre les cas des personnes qui échappent encore au filet des aides. La question des loyers commerciaux et, bientôt, des loyers privés, inquiète aussi.

Au sein du mouvement «Qui va payer l’addition», la restauratrice Frédérique Beauvois ne cache pas sa joie: «Nous sommes extrêmement satisfaits des annonces du Conseil d’État. Nous apprécions beaucoup, en particulier, que l’on parle enfin d’indemnités de fermeture. À l’avenir, quand les autorités viendront avec des mesures sanitaires, elles présenteront en même temps des mesures de dédommagement.»

Encore du travail

Reste que le travail qui, selon Frédérique Beauvois, s’est très bien déroulé avec l’État, n’est pas terminé: «Il existe des cas particuliers qu’il faudra également couvrir. Par exemple, les nouveaux établissements qui ont ouvert leurs portes le 1er mars n’obtiennent rien. D’autres, comme ceux qui n’ont pas eu 40% de perte, ni n’ont été obligés de fermer, doivent également être pris en compte car ils sont touchés.»

Au Centre patronal, Christophe Reymond salue la «diligence» et la «réactivité irréprochable du Conseil d’État». Le représentant des entreprises déplore cependant un système de dédommagement érigé par la Confédération «mal conçu et insuffisant», dont le seul mérite est d’exister. «Le Canton a d’autres dispositifs, mais sa première tâche est de faire sa part dans ce dispositif, poursuit-il. S’il manque de l’argent, il faudra réclamer davantage au Canton comme à la Confédération.»

Les champs de mines créés par la crise sanitaire sont encore nombreux. Pour la présidente des socialistes vaudois, Jessica Jaccoud, les annonces du jour constituent «un vrai pas en avant» même s’il ne sera probablement pas suffisant. Les aides devront vraisemblablement intervenir au-delà de fin février.

«Scandaleux»

La députée déplore en outre que les milieux immobiliers ne soient toujours pas sollicités: «L’absence de réglementation fédérale sur cette problématique fait qu’aujourd’hui on ne peut compter que sur la bonne volonté des bailleurs et ça, c’est scandaleux.» Elle craint qu’à terme le problème des loyers s’étende également aux ménages privés.