Passer au contenu principal

Portrait d’artiste confinéeBrigitte Rosset adopte la devise des scouts: toujours prête!

L’année 2020 marque ses 50 balais, dont trente sur scène. D’annulations en reports, elle a exigé de la Genevoise qu’elle garde intacte sa souplesse. Physique et mentale!

Dans «Ma cuisine intérieure», que les Genevois ne dégusteront qu’en 2021, Brigitte Rosset livre seule en scène son expérience d’une semaine de jeûne dans les Alpes-de-Haute-Provence.
Dans «Ma cuisine intérieure», que les Genevois ne dégusteront qu’en 2021, Brigitte Rosset livre seule en scène son expérience d’une semaine de jeûne dans les Alpes-de-Haute-Provence.
LAURA GILLI

En octobre, Brigitte Rosset créait «Ma cuisine intérieure» au TBB d’Yverdon. Elle a ensuite juste eu le temps d’entamer une tournée romande avec cette savoureuse évocation du jeûne. Les cartes ayant été brutalement redistribuées, c’est à la Grande salle de Vuarrens, le 5 février 2021, qu’elle devrait faire déguster à nouveau son cinquième seule en scène, avant Neuchâtel, Lausanne et Genève. Pas trop grave: l’humoriste entretient avec son public une relation si familière qu’on croirait l’entendre à tout moment depuis la pièce d’à côté.

Alors que cette grande fille toute simple fêtait cette année son 50e anniversaire et ses trente ans de carrière – et y subissait également la perte de sa maman –, voilà que sa voix résonne entre nos pages. Ce qu’il y a de chouette, avec Brigitte, c’est qu’elle n’est jamais bien loin, et qu’en plus, elle vit à peu près les mêmes tribulations que tout un chacun. À ceci près qu’elle les accommode ensuite à sa sauce.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.