Passer au contenu principal

Divorces conflictuels«ça ne bouge pas assez» pour protéger les enfants

Un collectif formé de psychologues, pédiatres et pédopsychiatres s’adresse à trois conseillères d’État. Il leur demande d’agir en faveur des jeunes dont les parents se séparent violemment.

Ce dessin de Bénédicte illustrait, le 16 décembre 2019, un article de «24 heures» intitulé «Un divorce sur cinq met les enfants en péril».
Ce dessin de Bénédicte illustrait, le 16 décembre 2019, un article de «24 heures» intitulé «Un divorce sur cinq met les enfants en péril».

Des spécialistes de l’enfance lançaient un cri d’alarme, en décembre 2019, répercuté par «24 heures». «Des enfants sont en grande souffrance à cause de la manière dont leurs parents se séparent. Dans certains cas, le système judiciaire aggrave les choses», affirmait un psychiatre spécialiste des adolescents. Entre 15 et 20% des divorces prendraient un tour virulent insupportable pour les enfants.

Mobilisation

Depuis ce moment, des spécialistes de l’enfance et des professionnels du secteur judiciaire (juges et avocats) ont organisé des rencontres et des colloques. Au centre des discussions: l’idée de mettre en place un système qui incite fortement les pères et mères en guerre à entrer dans un processus de médiation. Une méthode venue de Cochem, en Allemagne, est sur toutes les lèvres. Elle fait l’objet d’un projet pilote dans le Chablais valaisan.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.