Passer au contenu principal

EditorialCe n’est pas tout de bâtir une tour

On ne peut s’empêcher d’y voir un projet un peu fou: construire un gratte-ciel de 85 mètres, qui plus est dans une agglomération où les toits sont d’habitude beaucoup plus proches du sol. À Malley, la perspective de voir fleurir non pas une mais cinq tours a donné des sueurs froides aux riverains, non sans raison, justifiant une levée de boucliers maintenant apaisée. L’épreuve du référendum antitour est passée. Les oppositions aux mises à l’enquête se sont effilochées. Place aux projets architecturaux et aux ambitieux concepts d’habitation, de travail et de divertissement. Pour attirer des locataires et des usagers dans ces petites villes verticales, l’opération séduction des maîtres d’ouvrage est lancée.

Lire aussi: Le roi des gratte-ciel de Malley se dévoile

À Malley-Gare, au sud des rails, les CFF promettent une architecture rappelant le passé industriel. Il y aura des parcs, une place du marché et de grandes terrasses aménagées en jardins. À Malley-Phare, projet qui se greffera sur le centre commercial Malley Lumières, la SUVA annonce la première tour romande dotée d’une structure en bois. Pour les locataires, il y aura un jardin urbain, des espaces de coworking et même la possibilité de louer des chambres d’amis.

Avec sa «Tilia Tower», c’est désormais au groupe Realstone de proposer plus qu’un gratte-ciel, quitte à pousser la réflexion très loin. Les bureaux tels qu’on les connaît, c’est du passé: place aux espaces de coworking et de «comaking». Des appartements classiques, il y en aura, mais le «coliving» s’invitera aussi dans les 27 étages, avec des espaces communs, des services à la carte et des logements conçus pour les colocations. Le propriétaire y mettra même du sien pour stimuler le vivre-ensemble! Les nouveaux bâtisseurs l’ont bien compris, au XXIe siècle, ce n’est pas tout de construire une tour. Mais gare aux miroirs aux alouettes.

5 commentaires
    Gaetan

    Je pense que les tours sont du passé au contraire. Réunir le maximum de résidents dans le minimum d’espace est le seul but de ces constructeurs. Surtout qu’en général, les constructions sont d’un goût pitoyable et gâchent simplement un environnement naturels extraordinaire, lac et montagnes. En termes de sécurité, quoiqu’on dise, c’est moins bien que n’importe quelle construction plus basse. Même avec des concepts spécifiques. Une bonne qualite de vie ne peut pas être synonyme d’entassements des personnes. Surtout quand on sait que la là où police est la plus sollicitée, c’est pour des problèmes de voisinages. Certes, le quartier de Malley est déjà laid mais entendre parler de coliving, de Tilia Tower... Tout ça en anglais pour faire passer la pilule, ça donne l’impression que les promoteurs prennent les gens pour des imbéciles. On n’est pas aux Etats-Unis dans des villes comme New-York. Gardons nos spécificités helvétisme. Arrêter de nous polluer la vue messieurs les promoteurs. D’autant que le style de votre tour ou appendice date des années 60 ou au mieux 70.