Passer au contenu principal

ÉditorialCe que le Covid-19 dit de nous

Le Covid-19 est une pandémie à laquelle il a fallu répondre en urgence en la gérant essentiellement sur les plans politique et épidémiologique. Mais ce n’est pas que cela. Cette épidémie est également un miroir qui nous renvoie une image de notre société (c’est son côté révélateur) tout autant qu’elle est un formidable accélérateur de réformes sociétales déjà en cours (son côté catalyseur).

Lire aussi: Voici les premières leçons à tirer du Covid-19

Même si la Suisse et le monde ont encore le nez dans le guidon du coronavirus, des chercheurs en sciences sociales de l’Université de Genève ont estimé qu’il n’était pas trop tôt pour réfléchir aux impacts sociaux, économiques ou politiques de la crise majeure que nous venons de vivre. Leur ouvrage, «Covid-19: Le regard des sciences sociales», brasse large, explorant une multitude de thématiques: de la généralisation du télétravail au champ sémantique de la crise en passant par l’importance des rituels. Refusant le rôle de prophètes, ces chercheurs ne disent pas ce que sera le monde de demain. Ils tentent plutôt de tirer des leçons de la crise et esquissent quelques évolutions potentielles.

Parmi les leçons, il en est une qu’apprécie beaucoup le sociologue Sandro Cattacin: la possibilité qu’a eu la population de faire l’expérience de la solidarité. On pense à ces réseaux qui se sont créés dans les communes pour faire les courses de ceux qui ne pouvaient se déplacer, aux distributions de vivres aux plus démunis ou aux applaudissements rituels du soir adressés au personnel au front.

Alors oui, le Covid-19 est une sale bête qui aura tout bousculé, endeuillé des familles et bloqué la machine économique! Mais il aura également montré le meilleur d’une société. Cette leçon-là, il ne faudra pas l’oublier.