Passer au contenu principal

Le bâti, ce piège à chaleur«Ce qui rafraîchit la ville, c’est le bleu et le vert»

Les Vert-e-s vaudois-es proposent un kit destiné aux communes pour lutter contre les îlots de chaleur. Interview de Jean-Michel Fallot, maître d’enseignement et de recherche à la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’Université de Lausanne.

La place de la Gare, à Lausanne, est un des plus gros îlots de chaleur de la ville selon les mesures existantes.
La place de la Gare, à Lausanne, est un des plus gros îlots de chaleur de la ville selon les mesures existantes.
ODILE MEYLAN

On devrait tout juste y échapper cette semaine. Mais la canicule devient chaque année un peu moins exceptionnelle. Ce sont les citadins qui en payent le prix le plus fort, les îlots de chaleur se concentrant là où le bâti est le plus dense et où la végétation n’est pas suffisante pour rafraîchir l’air. Jean-Michel Fallot, maître denseignement et de recherche à la Faculté des géosciences et de lenvironnement de l’Université de Lausanne nous explique ce phénomène et ses perspectives d’endiguement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.