Passer au contenu principal

Richesses ultralocalesCes mauvaises herbes bonnes à tant de choses

Michaël Berthoud est un cueilleur passionné, consultant auprès de grands chefs comme Anne-Sophie Pic. Dans un potager lausannois, il nous enseigne les vertus de ces plantes qu’on s’échine à éradiquer.

Plantage de Florency à Lausanne, le 29 septembre 2020. Michael Berthoud s’intéresse aux vertus des mauvaises herbes qui poussent dans les potagers.
Plantage de Florency à Lausanne, le 29 septembre 2020. Michael Berthoud s’intéresse aux vertus des mauvaises herbes qui poussent dans les potagers.
Odile Meylan

Le confinement du printemps aura au moins eu un avantage: renforcer l’envie, en chacun, de profiter des bienfaits de la nature. Une nature qui même en ville récompense ceux qui s’y intéressent, à l’instar du Vaudois Michaël Berthoud, environnementaliste et formateur. Le cueilleur vit de ses récoltes ainsi que des cours et conseils qu’il prodigue au sujet des bienfaits des plantes sauvages, qu’il s’agisse de les cuisiner ou de les utiliser pour se soigner. Son public se compose d’amateurs comme de professionnels, puisqu’il est notamment consultant pour Anne-Sophie Pic, à qui il a fait découvrir les saveurs du bourgeon de sapin.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.