Passer au contenu principal

Retours de pays à risque«Ces quarantaines n’ont pas de bénéfice suffisant»

Interrogé par la RTS, le conseiller d’État genevois Mauro Poggia prend ses distances avec la pratique actuelle. Et vous, qu’en pensez-vous?

Le conseiller d’État Mauro Poggia, chargé de la Santé dans le canton de Genève.
Sceptique
Le conseiller d’État Mauro Poggia, chargé de la Santé dans le canton de Genève.
Keystone

«Sur le plan sanitaire, ces quarantaines n’ont pas de bénéfice suffisant pour être maintenues.» C’est en ces termes que le conseiller d’État genevois Mauro Poggia s’est exprimé dimanche au «19h30» de la RTS. Interrogé sur l’isolement imposé aux personnes qui reviennent d’une région ou d’un pays à risque, l’élu a relevé que seule «une toute petite, voire infime, proportion de personnes» développent une maladie. «Pire encore, on se rend compte que souvent les régions à risque sont moins à risque que la région de Suisse d’où viennent ces personnes.»

«On se rend compte que souvent les régions à risque sont moins à risque que la région de Suisse d’où viennent ces personnes»

Mauro Poggia, conseiller d’État genevois

La semaine dernière, les autorités fédérales ont mis à jour la liste des régions considérées à risque. Des régions allemandes, autrichiennes et italiennes y ont fait leur apparition. On y trouve aussi sept pays supplémentaires, alors que cinq autres ont été supprimés. L’un dans l’autre, la liste s’allonge et la question est posée: cette mesure est-elle utile?

De dix à sept jours?

Tout en mettant en garde contre la hausse du nombre de contaminations, la task force scientifique discute pour sa part de l’opportunité de raccourcir la durée de cette mesure, en passant de dix à sept jours pour les personnes qui présentent un test négatif. La décision finale revient au Conseil fédéral.

63 commentaires
    pierre erreip1

    Pour une fois bien d'accord avec lui. Cela ne rime à rien, les régions soumises à quarantaine sont parfois moins contaminées que certaines régions de Suisse non soumises elles à quarantaine. La quarantaine n'a plus aucune utilité à partir du moment où le virus circule déjà de façon très active en Suisse, c'est juste pour faire plaisir à ceux qui voudraient qu'on vive en autarcie même sans covid.