Passer au contenu principal

Le portrait d’Yves AubersonIl défie les Alpes et son Parkinson

Malade depuis ses 35 ans Parkinson, le Nyonnais a parcouru plus de 1000 kilomètres dans les Alpes suisses l’été dernier pour faire parler de son mal et parce que le sport diminue ses spasmes. Un exploit qui a ému au-delà de nos frontières et dont «Stade 2» et «L’Équipe» ont fait l’écho.

Yves Auberson dans la cuisine de son studio où il vit de manière totalement autonome.
Yves Auberson dans la cuisine de son studio où il vit de manière totalement autonome.
24 heures/Odile Meylan

Un arrêt sur image. Comme sur la photo qui accompagne ce portrait. Yves Auberson en rêve. Pouvoir mettre son corps sur pause, arrêter les spasmes et tremblements ne serait-ce qu’un instant. «Avoir la tronche pas trop de traviole», plaisante le Nyonnais de 51 ans qui vit avec la maladie de Parkinson depuis quinze années déjà. Parfois, pourtant, cela arrive. Indépendamment de sa volonté, il se fige comme soudainement coulé dans le béton. Il «freeze», comme il dit, et doit se concentrer intensément sur chacun de ses membres pour essayer de le remettre lentement en action. Non, la maladie de Parkinson n’est pas faite que de tremblements et ne touche pas que les personnes âgées.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.