Passer au contenu principal

Aide au commerce à VeveyC’est OK pour les bons BienWenue dès décembre

Le pendant veveysan du plan WelQome a été validé haut la main. L’idée de le réserver aux seuls consommateurs veveysans a été soulevée: refusé.

Les bons BienWenue seront disponibles dès décembre sur internet ou à l’administration communale à l’Hôtel de Ville.
Les bons BienWenue seront disponibles dès décembre sur internet ou à l’administration communale à l’Hôtel de Ville.
Chantal Dervey

L’aide au commerce veveysan dans le contexte Covid par le biais de bons d’achat a passé la rampe haut la main jeudi soir au Conseil communal. Suivant l’exemple du plan WelQome, Vevey proposera dès le mois de décembre des bons d’achat utilisables dans les commerces partenaires, programme baptisé BienWenue (avec un W évoquant Vevey). Les clients profiteront d’un rabais de 20% et les commerçants d’une plus-value de 10% lors du remboursement.

Des carnets de cinq coupures de 10 francs seront à commander sur un site internet dédié ou à l’administration (sur rendez-vous). Le coût total du projet est estimé à 352’000 francs. Quelque 100’000 bons seront émis, soit 20’000 carnets pour une valeur totale d’un million de francs de transactions.

Deux questions, deux refus

Si l’idée d’une telle aide au vu des difficultés actuelles n’a à aucun moment paru remis en question, deux interrogations ont pointé dans le débat qui s’est allumé.

Premièrement: pourquoi ne pas «limiter l’achat des bons aux citoyennes et citoyens veveysans»? a suggéré Pascal Molliat au nom de Vevey Libre. Pour la syndique Élina Leimgruber, ces bons sont «aussi une invitation à nos voisins à venir dépenser chez nous et l’important est qu’ils soient acquis et dépensés dans nos commerces». Alain Gonthier (Décroissance-Alternatives) a été dans le même sens en évoquant également la gêne de produire une carte d’identité ou une copie sur internet. Au final, la proposition de Vevey Libre a été refusée.

Deuxième point de discussion, le guichet virtuel: pourquoi passer par un site dédié à l’heure où le site internet de la Ville est en pleine refonte et à quelques mois de livrer son nouveau visage? Ne serait-il pas plus judicieux de développer un outil compatible avec le futur portail numérique de la Ville? a suggéré le Vert Antoine Stubi. Plus compliqué techniquement, donc plus long à réaliser, et plus coûteux, selon la Municipalité. Là aussi, le Conseil communal a refusé la proposition.