Passer au contenu principal

Un ministre burkinabé à Berne«Cette initiative infantilise les pays d’Afrique»

Harouna Kaboré était en Suisse, mardi, aux côtés d’Isabelle Chevalley (Vert’lib/VD) pour critiquer l’initiative sur les multinationales responsables.

Harouna Kaboré, ministre du Commerce du Burkina Faso, ici aux côtés d’Isabelle Chevalley (Vert’lib/VD), mardi, à Berne, veut partager des informations «factuelles» sur la réalité de son pays.
Duo 
Harouna Kaboré, ministre du Commerce du Burkina Faso, ici aux côtés d’Isabelle Chevalley (Vert’lib/VD), mardi, à Berne, veut partager des informations «factuelles» sur la réalité de son pays.
Patrick Martin

À deux semaines de la votation sur l’initiative sur les multinationales responsables, la conseillère nationale Isabelle Chevalley (Vert’lib/VD) se fait à nouveau l’auteur d’un des moments marquants d’une campagne pour le moins inhabituelle. En septembre, la Vaudoise, fer de lance romand des opposants, s’était présentée en tunique africaine lors du lancement de la campagne contre ce texte.

Mardi, l’élue était cette fois accompagnée d’un politicien burkinabé. Elle avait convié à Berne quelques médias pour une rencontre avec Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat du Burkina Faso. À leurs côtés, il y avait également la conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter, présidente de la Commission de politique extérieure. En fin de présentation, Ueli Maurer, conseiller fédéral en charge des Finances, a même fait une apparition pour s’entretenir brièvement avec le ministre burkinabé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.