Passer au contenu principal

Nouveauté à l’EPFLChoisir sa place pour réviser comme on choisit son siège dans l’avion

Les étudiants qui souhaitent réviser sur le campus doivent désormais réserver un créneau horaire mais aussi une place de travail physique.

Lieu particulièrement prisé des étudiants, le Rolex Learning Center n’est accessible qu’après contrôle strict des entrées par des agents de sécurité.
Lieu particulièrement prisé des étudiants, le Rolex Learning Center n’est accessible qu’après contrôle strict des entrées par des agents de sécurité.
Patrick Martin – A

Les points verts représentent les places encore disponibles, les rouges celles sur lesquelles une personne – un ou une étudiante en l’occurrence – a déjà jeté son dévolu. Comme lorsqu’on choisit sa place dans l’avion ou, à l’époque, son siège pour assister à un spectacle ou à un concert.

En ligne depuis peu et possible au maximum quarante-huit heures à l’avance, le système de réservation des places de travail physiques est la dernière nouveauté du vaste dispositif mis en place par l’EPFL pour permettre aux étudiants qui le désirent de bûcher sur le campus. Il accompagne une autre obligation: celle de réserver en amont un ou plusieurs créneaux horaires pour avoir le droit de réviser sur place. Or les places sont chères.

Il faut dire qu’à trois jours du début de la session d’hiver des examens, les révisions battent leur plein. Crise sanitaire oblige, l’école a dû prendre des dispositions. Première mesure: l’EPFL n’autorise pas plus de 1000 étudiants sur le campus. «Les salles sont nettoyées tous les jours et les étudiants sont priés de désinfecter leur place de travail avant et après usage avec le matériel à disposition», ajoute Corinne Feuz, porte-parole de l’école.

Quant à l’accès aux bâtiments restés ouverts, il se fait par badge et «des contrôles sont en outre régulièrement effectués pour rappeler les règles élémentaires de distanciation sociale ainsi que celle du port du masque et de la désinfection des mains», ajoute la porte-parole.

Lieu particulièrement prisé des étudiants, le Rolex Learning Center n’est accessible qu’après contrôle strict des entrées par des agents de sécurité. Mais la mesure n’a pas empêché quelques abus et des regroupements d’étudiants, relevés par «20 minutes». «Il y a effectivement eu certains débordements de la part d’une minorité de personnes. Pour les cas extrêmes, quelques dénonciations ont été faites à l’interne», poursuit la porte-parole, rappelant que les étudiants seraient les premiers pénalisés si des foyers de contamination importants devaient apparaître puisqu’ils pourraient mettre en péril la tenue des épreuves.