Passer au contenu principal

La syndique de Bussigny veut rempilerClaudine Wyssa lâche les communes vaudoises, mais pas la sienne

À l’Exécutif depuis 2002, Claudine Wyssa sera à nouveau candidate à la Municipalité de Bussigny en mars prochain. Elle quittera d’ailleurs la présidence de l’UCV pour mieux se consacrer à sa ville.

À la tête de la commune de Bussigny depuis 2009, Claudine Wyssa briguera un cinquième mandat au printemps de l’année prochaine.
À la tête de la commune de Bussigny depuis 2009, Claudine Wyssa briguera un cinquième mandat au printemps de l’année prochaine.
Alexandre Grieu

Alors que de nombreux élus de premier plan annoncent leur retrait depuis quelques semaines, la syndique de Bussigny Claudine Wyssa ne les imitera pas: elle brigue en effet un cinquième mandat dans «sa» ville. «J’y ai beaucoup réfléchi, car c’est un engagement qui est tout sauf anodin. Mais j’aime Bussigny, et ça vaut la peine de s’investir pour cette commune. Et puis j’ai croisé plusieurs personnes qui m’ont demandé de continuer. Ça a compté dans mon choix.»

À bientôt 67 ans, n’est-ce pas le moment de favoriser un certain renouvellement en laissant sa place? «J’ai la conviction d’avoir fait mon job jusqu’ici et que je peux encore apporter quelque chose, explique celle qui a rejoint l’Exécutif en 2002. Même si le travail de syndique n’est pas toujours simple, je ne me sens pas fatiguée. Dans le contexte actuel, je pense également que l’expérience acquise dans le passé me permettra de mettre à disposition des éléments dont la population pourrait avoir besoin.»

Bientôt 10’000 habitants

Dans une commune qui s’apprête à franchir le cap des 10’000 habitants, Claudine Wyssa est bien consciente que l’équipe municipale se retrouve face à de nombreux défis. «L’augmentation de la population doit être accompagnée d’une hausse des emplois, estime celle qui est syndique depuis 2009. Cette mixité est importante. La promotion économique sera l’un des volets de la prochaine législature.»

«J’aimerais initier un projet culturel, que ce soit un musée, un théâtre ou une salle d’exposition.»

Claudine Wyssa, syndique de Bussigny

Et quand on lui demande quel dossier lui tient à cœur, elle n’hésite pas: «J’aimerais initier un projet culturel, que ce soit un musée, un théâtre ou une salle d’exposition. Pour notre ville, ce serait un véritable plus.»

Si elle souhaite continuer à défendre les intérêts de ses citoyens, Claudine Wyssa va en revanche renoncer à son mandat à la tête de l’Union des communes vaudoises (UCV), dont elle assure la présidence depuis bientôt une décennie. «J’irai jusqu’au terme de législature en juin prochain, puis j’arrêterai, annonce-t-elle. Après dix ans, je pense qu’un changement est nécessaire. J’ai beaucoup apprécié cette mission plus politique, mais je veux désormais me concentrer sur Bussigny et l’Ouest lausannois.»

Trois départs à l’Exécutif

Malgré la candidature confirmée de la syndique, la Municipalité va passablement changer de visage lors des prochaines élections. Au sein de l’Entente communale (EM), Claudine Wyssa sera accompagnée d’un autre sortant, Jean-Daniel Luthi. Le parti présentera également les conseillers communaux François Marchon et Paola Käslin. Jean-Pierre Aeby, lui, ne se représentera pas.

Du côté du Parti socialiste et Indépendants de gauche (PSIG), les deux municipaux en place – Germaine Müller et Jean-Claude Glardon (qui aura passé près de vingt-cinq ans à l’Exécutif!) – passeront la main. La formation désignera ses candidats pour leur succéder prochainement, tout comme l’UDC.