Passer au contenu principal

La Turquie a bombardé des positions kurdes

Des positions du Parti des travailleurs du Kurdistan ont été la cible de frappes aériennes, malgré le cessez-le-feu de 2013. Le PKK menaçait de reprendre les armes.

Des avions turcs ont bombardé ce lundi soir 13 octobre des cibles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est de la Turquie, pour la première depuis le cessez-le-feu décrété par les rebelles kurdes en mars 2013.

Attaques du PKK

Les chasseurs de l'armée de l'air ont frappé des positions du PKK qui attaquaient un poste des forces de sécurité dans le village de Daglica (sud-est), a-t-on appris auprès des services de sécurité.

Le site d'informations du journal Hurriyet a de son côté fait état de bombardements survenus dimanche. Ces raids aériens ont infligé «des dégâts importants» au mouvement séparatiste, précise-t-il, ajoutant que le PKK bombardait depuis trois jours une position militaire dans la province d'Hakkari, près de la frontière irakienne.

Raids sur Kobané

Le PKK a menacé la semaine dernière de reprendre les armes faute d'une intervention turque à Kobané, ville kurde du nord de la Syrie assiégée depuis près d'un mois par les djihadistes de l'Etat islamique.

La bataille de Kobané a donné lieu à des manifestations qui ont fait une trentaine de morts en Turquie, où vivent 15 millions de Kurdes. Nombre d'entre eux accusent le président Recep Tayyip Erdogan de fermer les yeux sur le sort de leurs frères syriens.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.