Passer au contenu principal

Xherdan Shaqiri est agacé par les critiques

Après deux prestations décevantes face à l’Équateur et la France, Xherdan Shaqiri a expliqué qu'il ne pouvait pas «dribbler en remontant tout le terrain!». Une façon de diminuer la pression avant le rendez-vous contre le Honduras mercredi à Manaus.

A la 121e minute, Blerim Dzemaili a failli ramener la Nati à égalité. Mais le montant de Romero a sauvé l'Albiceleste.  (Mardi 1er juillet 2014)
A la 121e minute, Blerim Dzemaili a failli ramener la Nati à égalité. Mais le montant de Romero a sauvé l'Albiceleste. (Mardi 1er juillet 2014)
Keystone
Trois minutes plus tôt, Angel Di Maria a ouvert le score sur une passe décisive de Lionel Messi.  (Mardi 1er juillet 2014)
Trois minutes plus tôt, Angel Di Maria a ouvert le score sur une passe décisive de Lionel Messi. (Mardi 1er juillet 2014)
Keystone
La photo de famille avant le départ le Brésil (6 juin)
La photo de famille avant le départ le Brésil (6 juin)
Keystone
1 / 115

«Je suis un joueur comme un autre, il ne faut pas s'attendre à ce que je soit plus décisif que les autres, je suis un joueur parmi onze», a martelé Xherdan Shaqiri lundi 23 juin en conférence de presse à Porto Seguro (nord-est). «Bien sûr, je peux être décisif, mais je suis comme les autres, tout ne repose pas sur moi, on est 11, et même 23».

Au-dessus du lot

Dans la salle de presse comme chez les supporters, personne n'est dupe face à cette tentative de banalisation pro domo de la part d'un joueur dont le nom a déjà été couplé à l'adjectif «dépendante» pour qualifier l'équipe de Suisse... Car à 22 ans (35 sélections, 9 buts), Shaqiri est bien le dépositaire du jeu de la «Nati», par des qualités techniques au-dessus du lot.

Le Bayern Munich l'a recruté pour en faire le successeur de Franck Ribéry, ce n'est pas pour rien. «Shaqiri a de la classe, de l'instinct et reste calme avec le ballon», soulignait le sélectionneur Ottmar Hitzfeld avant le Mondial. «Xherdan est un joueur essentiel. Sans lui, notre animation offensive n'est plus la même», embrayait son adjoint Michel Pont.

«Ça m'énerve pas mal»

Alors forcément, les performances sans relief du «Messi des Alpes» ont fait sourdre des critiques. «Ce qu'on écrit sur moi m'est égal, l'important pour moi est d'avoir la confiance de l'équipe, qu'elle sache que je donne tout pour elle», répond-il. Mais si on insiste... «Ca m'énerve pas mal qu'on écrive toujours sur moi. Je ne vais pas dribbler en remontant tout le terrain! J'ai besoin de l'équipe».

Shaqiri se fond dans le collectif en reprenant le leitmotiv de la «petite Suisse» entonné dans la foulée de la déculottée infligée par la France: «On n'est pas l'Allemagne, l'Espagne ou le Brésil, on est la petite Suisse, il faut jouer tous ensemble, ça ne marchera que comme ça».

C'est aussi le registre choisi par le milieu défensif Valon Behrami, qui s'est évertué de protéger le prodige: «On attend plus pas seulement de lui, mais de tout le monde. C'est trop facile de parler d'un joueur, surtout quand on perd. Il doit rester tranquille». Sauf que Behrami reconnaît aussi le statut spécial de son jeune équipier: «C'est un joueur qui peut changer le match quand il le veut, on doit le mettre dans de meilleures conditions».

«100% disponible»

La pression dont il veut se décharger a pu inhiber «Baby Popeye», autre surnom dû à son physique petit (1,69 m) mais costaud, avec des tours de mollets (44 cm) et de cuisses (60) dignes d'un culturiste.

Deux matches en demi-teinte à cause d'un manque de rythme, après une saison hachée par trois blessures à la cuisse droite en sept mois, pour un total maigrelet de dix titularisations seulement au Bayern? Non: «Je ne pense pas du tout à la dernière saison, je suis heureux d'être de nouveau physiquement prêt et 100% disponible», balaie-t-il.

Il avait connu sa première expérience en Coupe du monde contre le Honduras en 2010, ses 13 seules minutes de jeu du Mondial sud-africain. Le 0-0 avait éliminé dès le premier tour la «Nati», qui aura de nouveau la pression mercredi. Et Shaqiri, forcément, un peu plus qu'un autre.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.