Passer au contenu principal

Xherdan Shaqiri: «Nous sommes prêts !»

Après Reto Ziegler jeudi, c'est Xherdan Shaqiri qui a tenu un discours empreint d'un très grand optimisme: «Les derniers entraînements ont été très bons».

A la 121e minute, Blerim Dzemaili a failli ramener la Nati à égalité. Mais le montant de Romero a sauvé l'Albiceleste.  (Mardi 1er juillet 2014)
A la 121e minute, Blerim Dzemaili a failli ramener la Nati à égalité. Mais le montant de Romero a sauvé l'Albiceleste. (Mardi 1er juillet 2014)
Keystone
Trois minutes plus tôt, Angel Di Maria a ouvert le score sur une passe décisive de Lionel Messi.  (Mardi 1er juillet 2014)
Trois minutes plus tôt, Angel Di Maria a ouvert le score sur une passe décisive de Lionel Messi. (Mardi 1er juillet 2014)
Keystone
La photo de famille avant le départ le Brésil (6 juin)
La photo de famille avant le départ le Brésil (6 juin)
Keystone
1 / 115

«Depuis notre arrivée au Brésil, nous avons finalisé notre préparation comme nous l'entendions, a expliqué Xherdan Shaqiri en conférence de presse vendredi. Nous avons eu le temps de nous habituer à la chaleur et à l'humidité». Tous les feux sont donc au vert avant le choc de Brasilia contre l'Equateur pour le joueur du Bayern Munich pour lequel un dimanche parfait serait un dimanche «avec une victoire et aucun blessé à déplorer dans notre camp.»

Même s'il est parfaitement conscient de son statut et de ses qualités, Xerdan Shaqiri refuse d'endosser le costume de l'homme providentiel. «Nous sommes la «petite» Suisse. Nous ne sommes ni le Brésil, ni l'Espagne, lâche-t-il. Nous ne pouvons gagner qu'en équipe. Bien sûr, je rêve d'être décisif dimanche. Mais pour l'être, j'ai besoin de mes coéquipiers, de l'équipe. Le fait d'être «le» joueur que le public reconnaît comme on a pu le voir dimanche à l'entraînement de Porto Seguro s'explique pour une raison évidente: je joue au Bayern Munich. Et au Brésil, ce club est connu de tous.»

Xherdan Shaqiri est «entré» dans cette Coupe du monde jeudi en fin d'après-midi avec ce fameux Brésil - Croatie. «Suivre la cérémonie d'ouverture était déjà quelque chose de spécial. J'étais vraiment content que cela commence, dit-il. Ensuite, je n'ai pas pu masquer une certaine nervosité en voyant les deux équipes sortir du couloir».

Et après, ce fut le match et la première polémique de cette Coupe du monde avec le plongeon de Fred pour le penalty du 2-1. «Il n'y avait pas penalty. C'est clair, lance-t-il. Mais je ne veux pas jeter la pierre à l'arbitre. Le défenseur croate (ndlr: Lovren) a eu le tort de lever les bras en défendant sur Fred. Un arbitre suit avant tout son instinct. Je me refuse de l'accabler.»

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.