Passer au contenu principal

Portrait de Frédérique BeauvoisComme poil à gratter, elle a réussi son coup pour les restos

Têtue, la porte-voix de #quivapayerl’addition s’est aussi mise au service des familles et de la mémoire de l’esclavage.

Frédérique Beauvois, chez elle à Renens, entourée de ses quatre enfants.
Frédérique Beauvois, chez elle à Renens, entourée de ses quatre enfants.
Florian Cella

«Quand je suis passée pour la première fois au JT en direct, je pensais avant tout à ne pas vomir de stress. Au retour chez moi, j’avais 400 demandes d’amis sur Facebook. Je n’en ai pas dormi de la nuit!» Depuis l’automne passé, Frédérique Beauvois est devenue le visage de la résistance des patrons de restaurant vaudois meurtris par le Covid. En jeans, queue de cheval et pull en mailles, elle était sur le plateau de la RTS comme à la table de sa cuisine, le trac en plus, prête à dérouler ses arguments comme une solide artillerie. Et ça a marché. En janvier, le Canton a ouvert son porte-monnaie, après un assouplissement des critères d’indemnisation par la Confédération.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.