Passer au contenu principal

Vie des partis vaudoisComment la crise sanitaire bouscule le PLR

Cadres, membres et dirigeants du parti traversent des conflits liés à l’aide que l’État devrait ou non apporter. Au cœur de l’idéologie libérale-radicale.

Pascal Broulis et Philippe Leuba en mai 2019. Ils sont aujourd’hui critiqués par leur base.
Pascal Broulis et Philippe Leuba en mai 2019. Ils sont aujourd’hui critiqués par leur base.
Jean-Bernard Sieber

Plus ou moins d’État? Au PLR, la réponse est souvent «moins». Sauf que, depuis le début de la pandémie, et encore plus fortement depuis quelques semaines, des libéraux-radicaux vaudois, encartés ou proches du parti, réclament haut et fort des aides financières étatiques.

On a ainsi entendu le Centre Patronal, GastroVaud, la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI) attaquer le manque de réactivité des ministres en place, notamment Philippe Leuba et Pascal Broulis. À leur tête ou chez les cadres, des PLR notoires, députés, présidents de section. Même le mouvement de contestation des bistrotiers «Qui va payer l’addition» a été créé par un membre du PLR Lausanne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Articles en relation