Passer au contenu principal

Se lancer malgré la criseComment les nouveaux commerçants composent avec le Covid

Entrepreneurs et professionnels de la restauration, ils ont ouvert leur établissement à Lausanne en 2020. Ils témoignent des difficultés actuelles et de leurs inquiétudes.

Pablo Voisard et Kenji Steiner, du Doki Doki, développent un kit pour permettre à leurs clients de recréer leurs ramens à la maison.
Pablo Voisard et Kenji Steiner, du Doki Doki, développent un kit pour permettre à leurs clients de recréer leurs ramens à la maison.
Florian Cella
Après s’être lourdement endetté pour remettre l’ancien bistrot du Flon aux normes actuelles, Andy West craint un nouveau confinement qui serait fatal au Manhattan, son restaurant ouvert depuis peu.
Après s’être lourdement endetté pour remettre l’ancien bistrot du Flon aux normes actuelles, Andy West craint un nouveau confinement qui serait fatal au Manhattan, son restaurant ouvert depuis peu.
Florian Cella
Lois et Lorenzo Wiskerke, du Fish Club, sont persuadés de la pertinence de leur boutique-poissonnerie spécialisée dans les produits de la mer.
Lois et Lorenzo Wiskerke, du Fish Club, sont persuadés de la pertinence de leur boutique-poissonnerie spécialisée dans les produits de la mer.
Patrick Martin
1 / 3

Il suffit de se promener à Lausanne pour noter l’arrivée de nouveaux venus, des commerces qui ont ouvert ces derniers mois. Loin d’être de doux rêveurs, ces entrepreneurs avaient défini les contours de leur modèle d’affaires bien avant que le virus ne vienne gâcher la fête. «Nous avons reçu les clés le 15 mars, se souviennent Lorenza et Alessandro Dina de Bongusto Italiano, un bar dans la plus pure tradition italienne ouvert depuis le 1er octobre à Georgette. Le 16, tout le monde était confiné: c’était dur!»

Le couple avait prévu d’ouvrir en mai pour fidéliser la clientèle durant l’été avec des glaces italiennes. «Entre le confinement, la fermeture des frontières et la situation sanitaire, les travaux ont pris du retard et nous avons manqué la saison», regrettent-ils. L’adresse, qui compte neuf places assises, mise sur la vente à l’emporter, qui représenterait déjà près de 60% du chiffre daffaires.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.