Passer au contenu principal

Impact des activités humainesComment mieux protéger les rives du Léman, riches et fragiles

Une campagne questionne notre cohabitation avec les biotopes du littoral, essentiels à la faune et à la flore.

L’embouchure de l’Aubonne est typiquement un milieu propice à la faune et à la flore.
L’embouchure de l’Aubonne est typiquement un milieu propice à la faune et à la flore.
Florian Cella/24 heures

Il ny a pas que les Grangettes, à Noville, et le delta de la Dranse, côté français. En plus de ces deux réserves naturelles emblématiques, les rives du lac Léman regorgent de petits espaces naturels primordiaux pour la biodiversité. La Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL) souhaite les mettre en lumière et lance une campagne de sensibilisation «pour une meilleure cohabitation entre les milieux naturels lacustres et les activités humaines». Grâce à une exposition itinérante (utilisable dès que les mesures sanitaires le permettront) et à des vidéos pédagogiques, elle entend «faire connaître la richesse et la fragilité du littoral». Une prise de conscience qui pourrait influencer nos pratiques, en particulier durant les loisirs estivaux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.