Passer au contenu principal

SantéComposer avec sa faim quand on télétravaille

Lorsqu’on travaille à la maison, les excursions vers le frigo sont d’autant plus tentantes, mais ne sont pas une fatalité. On peut aussi faire des pauses nourrissantes sans manger.

«Manger pour faire une pause ou faire une pause pour manger. C’est une confusion qui arrive très souvent et le télétravail la facilite. La porosité entre les temps professionnels et les temps personnels la conditionne. Il faudrait s’autoriser une pause sans manger et se poser la question du bénéfice que grignoter pourrait apporter.» Laurence Haurat, psychologue nutritionniste.
«Manger pour faire une pause ou faire une pause pour manger. C’est une confusion qui arrive très souvent et le télétravail la facilite. La porosité entre les temps professionnels et les temps personnels la conditionne. Il faudrait s’autoriser une pause sans manger et se poser la question du bénéfice que grignoter pourrait apporter.» Laurence Haurat, psychologue nutritionniste.
Getty Images

Cet article a été rédigé par les journalistes de «Femina». Retrouvez plus d’articles sur Femina.ch

«Quand je suis à la maison, j’ai l’impression de tout le temps avoir faim», s’agace Sarah, une quarantenaire qui ne se réjouit qu’à moitié de se retrouver pour un deuxième tour en télétravail obligatoire. «Ça offre des côtés pratiques, notamment pour les trajets quotidiens en moins, mais le problème c’est que l’accès à la nourriture est permanent. Il faut dire, que faute de place, je travaille sur la table de la cuisine… et je grignote toute la journée», continue-t-elle. Prise de poids à la clé ou pas, le quotidien en télétravail pose en tout cas des questions sur notre organisation et les limites qu’on se pose en termes de boulot, comme d’alimentation. Car à mélanger le temps et l’espace professionnels et privés, le moins que l’on puisse dire c’est que nos habitudes sont chamboulées. Cinq points pour s’y retrouver sans dramatiser et faire la paix avec son frigo.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.