Passer au contenu principal

JusticeCondamné pour avoir tiré des feux le 1er Août

Un septuagénaire a fait usage d’engins pyrotechniques lors de la fête nationale, depuis son jardin de Commugny (VD). Illégalement, a estimé l’Exécutif communal.

Dans le tous-ménages d’invitation envoyé chaque année à l’approche du 1er Août, les deux lignes sous le programme des festivités officielles font l’objet de diverses interprétations. À droite: les petites fusées «effet comète» et les deux vésuves achetés en grande surface par le retraité.
Dans le tous-ménages d’invitation envoyé chaque année à l’approche du 1er Août, les deux lignes sous le programme des festivités officielles font l’objet de diverses interprétations. À droite: les petites fusées «effet comète» et les deux vésuves achetés en grande surface par le retraité.
DR

«Nous avons allumé ces feux d’artifice à la tombée de la nuit, vers 21 h 30. C’était terminé après une quinzaine de minutes… et pourtant la police a sonné à notre porte.» En cette soirée du 1er Août 2019, Markus* (75 ans) a tiré comme chaque année une série de petites fusées et autres vésuves depuis le jardin de sa maison, à Commugny (VD). Pour le plus grand plaisir de son petit-fils.

Excédée par le bruit généré par les engins pyrotechniques enclenchés aux quatre coins de cette paisible commune résidentielle de 3000 âmes située entre Nyon (VD) et Genève, une voisine a dénoncé le septuagénaire auprès de la gendarmerie. Avec succès. La plainte s’est soldée par une condamnation pénale prononcée par l’Exécutif communal, pour tapage nocturne et «non-respect des prescriptions municipales en matière d’ordre et de tranquillité publics ou de sécurité».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.