Passer au contenu principal

Vase antiqueCondamnée pour avoir voulu s’approprier un trésor

Une riche septuagénaire belge a été reconnue coupable jeudi d’abus de confiance par le Tribunal de Lausanne. Elle avait tenté de le vendre aux dépens d’un marchand.

Le vase litigieux présente nombre de points communs avec celui de Portland, référence de l’art du verre camée romain, exposé au British Museum.
Le vase litigieux présente nombre de points communs avec celui de Portland, référence de l’art du verre camée romain, exposé au British Museum.
Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons.

La première manche du bras de fer opposant deux retraités autour d’un vase antique s’est achevée jeudi devant le Tribunal correctionnel de Lausanne. Les juges ont condamné une riche dame belge pour abus de confiance, mais l’ont libérée de l’accusation de tentative d’escroquerie.

La Cour a estimé que la septuagénaire s’était joué de la confiance de son accusateur, un marchand lausannois, en s’appropriant le potentiel trésor antique. Alors qu’ils avaient convenu de s’associer pour commercialiser cet objet et s’en répartir les bénéfices, les juges sont convaincus qu’elle s’est arrangée pour se l’approprier et entreprendre des démarches de vente pour son seul compte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.