Passer au contenu principal

SuisseConsommation de tabac en hausse durant le semi-confinement

Selon une enquête menée par Unisanté et Addiction Suisse, 15,1% des fumeurs ont fumé davantage pendant le semi-confinement du printemps 2020. Mais 8,2% ont diminué leur consommation de cigarettes.

Les personnes vulnérables en termes de santé ou de relations sociales semblent particulièrement concernées par une hausse de la consommation de tabac.
Les personnes vulnérables en termes de santé ou de relations sociales semblent particulièrement concernées par une hausse de la consommation de tabac.
Hans Lucas via AFP

Une étude menée par Unisanté et Addiction Suisse, en collaboration avec l’Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT) en juillet 2020 révèle que la pandémie du printemps dernier a incité les fumeurs à augmenter leur consommation quotidienne de tabac. Ainsi l’enquête, menée sur 2000 personnes, montre que 15,1% des sondés ont fumé davantage tandis que 8,2% - surtout les fumeurs occasionnels - ont moins eu recours à la cigarette.

Selon un communiqué paru jeudi, les facteurs les plus fortement associés à l’augmentation de consommation de tabac sont l’âge (18-39 ans), une mauvaise santé psychique et/ou physique, ainsi qu’une détérioration des relations au sein et/ou en dehors du ménage.

17% des sondés ont tenté d’arrêter le tabac

En outre, souligne l’étude, 4,6% des consommateurs ont arrêté de fumer durant le semi-confinement, même si une partie a recommencé après cette période. Et ils étaient même 17,3% des sondés à déclarer avoir tenté d’arrêter, surtout par peur du Covid. Il faut dire que le tabagisme augmente le risque de maladies cardiovasculaires et respiratoires, qui sont des facteurs de risque pour des cas de Covid aggravés.

Pour les auteurs de l’enquête, il est «primordial» de considérer la pandémie et le semi-confinement comme un contexte de fragilisation pour les fumeurs. Les acteurs de prévention du tabagisme doivent donc mieux cibler les personnes vulnérables en termes de santé physique et/ou psychique. Ceci par le biais d’un renforcement des liens avec les professionnels de la santé et de plus grands efforts d’information et de sensibilisation. Enfin, les aides existantes pour les personnes désireuses de réduire ou d’arrêter leur consommation doivent être maintenues et promues en situation de pandémie.

cht/comm

6 commentaires
    Daniel Favre

    Une fois de plus, un article très important qui disparaît de la première page en même pas une matinée et maintenant difficilement trouvable dans la section Suisse. Je soupçonne une volonté de vite archiver cette mauvaise nouvelle car en Suisse, on ne doit surtout rien faire en matière de lutte contre le tabac