Passer au contenu principal

Une commission pour les réouvertures de chantiers

La Ville de Lausanne attend des entreprises qu’elles prouvent avoir pris assez de mesures sanitaires.

La nouvelle station d'épuration de Lausanne et environs (Epura) fait partie des chantiers lausannois à l'arrêt.
La nouvelle station d'épuration de Lausanne et environs (Epura) fait partie des chantiers lausannois à l'arrêt.
Florian Cella

«Nous souhaitons en quelque sorte renverser le fardeau de la preuve.» Le syndic de Lausanne, Grégoire Junod, explique en ces termes le procédé que la Ville met en place pour conditionner la réouverture de ses chantiers. Ceux-ci vont du stade de la Tuilière à Malley, en passant par Beaulieu, la station d’épuration ou encore le Collège de Béthusy et le bâtiment social de Saint-Martin.

Décision fédérale

Lausanne avait décidé, il y a deux semaines, de mettre à l’arrêt l’entier de ses chantiers, hors urgences. Mais la décision de la Confédération d’autoriser les entreprises à poursuivre leurs activités si elles parviennent à respecter les mesures sanitaires change la donne.

«Pour autant, nous estimons qu’il est très difficile de poursuivre les chantiers dans des conditions respectées», indique le syndic de Lausanne. Alors il faudra passer devant une commission pour obtenir son autorisation.

Composée d’un membre du Service d’architecture, d’un représentant du syndicat Unia et d’un autre de la Fédération vaudoise des entrepreneurs, cette commission examinera les chantiers au cas par cas.

----------

Lire aussi:Suivez la situation de la pandémie de Covid-19 en chiffres et en graphiques

----------

Grégoire Junod dit poursuivre deux buts. Le premier: «Limiter les réouvertures.» Le second: «Si elles ont lieu, se donner un maximum de chances pour que toutes les conditions sanitaires soient respectées.»

Responsabilité financière

Pourquoi la Ville, visiblement contre le principe, ne maintient-elle pas simplement ses chantiers fermés? «Le problème, c’est la responsabilité financière, répond Grégoire Junod. Il n’est pas clair de savoir qui assumera les pertes des charges salariales qui ne seraient pas couvertes. Le flou se situe là, et c’est aussi pour cela que les dispositions fédérales ne sont pas satisfaisantes.» Le syndic ajoute qu’«évidemment, aucune pénalité liée aux retards éventuels causés par le coronavirus ne sera perçue par la Ville».

Les entreprises qui souhaitent formuler une demande doivent écrire à arretchantiers@lausanne.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.