La Belgique finit par faire plier le Panama

FootballEmbêtés pendant une mi-temps, les Diables Rouges ont forcé la décision en seconde période pour s'imposer 3-0.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Belgique a bien failli rejoindre la cohorte des grosses cylindrées connaissant un début de Coupe du monde poussif. La sélection de Roberto Martinez a néanmoins assuré l'essentiel dans le groupe G, une victoire 3-0 contre un Panama aussi modeste que généreux dans l'effort mais qui a explosé physiquement.

Le contraste était saisissant entre cette équipe panaméenne et celle qui avait été laminée fin mars par la Suisse (6-0) en flirtant avec le ridicule. Était-ce que les Canaleros avaient tout simplement connu un jour sans à Lucerne? Ou alors la sélection de Hernan Gomez a-t-elle senti ses forces se décupler dans le fastueux décor du Mondial, plus propice au dépassement de soi qu'un match amical? La Suisse avait-elle livré une performance immense pour autant dominer son adversaire ou alors les Belges ont-ils été en dessous de leurs standards lundi à Sotchi?

Bijou de Mertens

Un peu de tout cela, probablement. Le Panama, bourré de défauts et de lacunes, néophyte en Coupe du monde, a incontestablement eu ce surcroît d'âme qui naît dans les grands rendez-vous, en particulier ceux avec l'histoire. Les Diables rouges, eux, se sont longtemps montrés incapables de mettre de la vitesse dans leur jeu et ont tardé à marquer, contrairement à la Suisse en mars, qui avait excellé en se rendant la tâche plus facile.

L'ouverture du score à la 47e, fruit d'une initiative personnelle de Mertens pleine d'audace et de maîtrise, a forcé les Panaméens à mettre un premier genou à terre. Le 2-0 de la 69e, oeuvre du trio-star de la Belgique Hazard (à l'origine) - de Bruyne (au centre très astucieux) - Lukaku (tête plongeante dans une position peut-être illicite) a achevé la Marea Roja. Laquelle a encore plié, à la 75e, devant un Lukaku lancé une fois de plus par Hazard.

Les Belges, peu séduisants malgré tout, ont eu le mérite de garder la tête froide et d'attendre le point de rupture physique d'un Panama qui a surjoué dès le coup d'envoi. Mais un Panama qui aurait pu, aussi, égaliser à la 55e si Courtois ne s'était pas bien interposé devant Murillo. (ats/nxp)

Créé: 18.06.2018, 18h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.